Atala

par

Le romantisme

Chateaubriand définit lui-même son roman comme « une sorte de poème moitié descriptif, moitié dramatique ». Le monde qu’il crée est un véritable tableau : les paysages sont décrits de manière artistique, et il complète son sens du pittoresque en ajoutant sensibilité, rythme et harmonie à son monde narratif.

Chateaubriand utilise toutes les ressources du langage pour décrire tout ce qu’il pourrait imaginer. C’est ainsi qu’il traduit passionnément l’ardeur des troubles de l’âme dont ses personnages sont victimes. Ici, la nature ne représente plus un simple décor, mais devient partie intégrante de l’histoire en s’accordant aux émotions des personnages.

L’ouvrage est organisé en un prologue, un récit et un épilogue, découpage typique de la littérature romantique. Chateaubriand unit la nature à la société, la religion à la réalité. Par la mort d’Atala (à cause de sa superstitieuse ignorance), l’auteur fait apparaître la religion comme codificatrice de la société, institutrice de règles fondamentales.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le romantisme >

Dissertation à propos de Atala