Atala

par

Un éloge du christianisme

Le roman Atala est ancré dans le christianisme. Chaque aspect du roman, chaque histoire et chaque personnage s’y rattache d’une manière ou d’une autre. Dès le prologue, Chateaubriand nous fait déjà part de son intention de présenter la « religion, première législatrice des hommes, les dangers de l’ignorance et de l’enthousiasme religieux, opposés aux lumières, à la charité et au véritable esprit de l’Évangile, les combats des passions et des vertus dans un cœur simple, enfin le triomphe du christianisme sur le sentiment le plus fougueux et la crainte la plus terrible, l’amour et la mort ». Chateaubriand réalise cette intention par le développement et l’élaboration de ses personnages. En effet, chaque personnage d’Atala influencera un autre sur le chemin du christianisme.

Chateaubriand va droit au but en créant le personnage du prêtre, le père Aubry. C’est lui qui représente par excellence l’institution religieuse, il est le symbole de l’Église. Atala quant à elle est la chrétienne fidèle aux lois et aux principes de Dieu et de l’Église, et ceci depuis son enfance. À sa mort, elle conduira une âme de plus à Dieu, celle de Chactas, en l’invitant à se convertir au christianisme.

En prenant l’exemple de la société indigène d’Indiens, Chateaubriand nous montre que plusieurs autres sociétés sont basées sur des rites, des coutumes et des croyances. Bien que ces croyances ne soient pas nécessairement divines, dans tous les cas l’Homme se rend quand même compte de l’existence d’un être plus grand que lui – et cette base rend son processus d’édification beaucoup plus facile.

Chateaubriand est très descriptif et fait preuve de rigueur lorsqu’il s’agit d’incorporer tous ces aspects du christianisme dans son roman : chants de versets bibliques aux funérailles, cérémonie de mariage et de baptême, etc. Il est précis dans ses détails et le champ lexical de la religion qu’il utilise. La mort d’Atala en particulier a un aspect religieux ; à sa dernière heure, elle reçoit pour la dernière fois le corps du Christ, symbolisant ainsi la fin de sa...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un éloge du christianisme >

Dissertation à propos de Atala