Bonjour Tristesse

par

Présentation

Bonjour tristesse est un court roman de Françoise Sagan écrit en 1954. L’auteure n’a alors que dix-neuf ans et le succès du roman la rend brusquement riche et célèbre. Le roman s’inscrit dans le contexte d’émancipation féminine qui régnait alors en France. Il est écrit à la première personne du singulier par une jeune fille pressée de devenir une femme, et dont le ton désabusé et parfois explicite sur des sujets comme le désir sexuel reflète l’évolution majeure que la société française commençait à vivre dans ces années-là.

Cécile raconte les événements au passé, sous l’emprise du sentiment de tristesse causé par le drame final. Son récit est clairement subjectif, mêlant les descriptions et ses propres ressentis et réflexions. Sa lassitude et son désenchantement, sa tristesse, transpirent à travers tout le roman et lui donnent son ton singulier dont on peut aussi faire une lecture existentialiste : les personnages portent le poids de la responsabilité née de leurs actes libres. N’est-ce pas finalement ce que découvrent Cécile et Raymond à travers la mort d’Anne ? Chaque acte, posé librement, a des conséquences avec lesquelles il faut vivre. Ce thème central chez Jean-Paul Sartre se retrouve notamment dans L’Être et le Néant,publié en 1943, un livre qui a marqué la génération de Sagan.

Bonjour Tristesse décrit une certaine jeunesse qui s’étourdit de fêtes sans rien construire, une mentalité qui était très présente parmi la jeunesse aisée de ces années-là, une décennie seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et dans un contexte d’économie florissante. Le roman continue cependant d’être d’actualité, et ce que vit Cécile peut aussi parler à nos contemporains. Françoise Sagan touche là un thème récurrent lié à la jeunesse. Il ne s’agit nullement de nihilisme mais peut-être simplement de la difficulté à trouver une place constructive, une orientation pour sa vie dans un monde plein de paillettes, lorsque de plus on n’a aucun guide – Raymond laisse en effet Cécile complètement libre, ne lui donnant à proprement parler pas d’éducation. Cécile est d’ailleurs consciente de la violence de ses sentiments et se découvre en quelque sorte, douloureusement, à travers eux : « Je me débattais des heures entières dans ma chambre pour savoir si la crainte, l’hostilité que m’inspirait Anne à présent se justifiaient, ou si je n’étais qu’une petite fille égoïste et gâtée en veine de fausse indépendance. »Elle est aussi la première perplexe quand elle s’aperçoit qu’elle n’aimait pas réellement Cyril, mais qu’elle aimait seulement être amoureuse : après le drame de la mort d’Anne, elle n’a plus aucun intérêt pour Cyril, à la fois parce qu’il lui rappelle ces événements tragiques, et parce qu’il n’est plus utile à ses plans. En ce sens, le roman décrit les tumultes de l’adolescence, du passage à l’âge adulte à travers une meilleure connaissance de soi.

Bonjour Tristesse a connu un succès immédiat, et a été adapté au cinéma dès 1958 par Otto Preminger.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Présentation >