Bonjour Tristesse

par

Un univers particulier et scandaleux

Par l’étude de l’ouvrage et du personnage principal, on se rend très vite compte que Cécile et l’auteure, Françoise Sagan, partagent des similitudes, tant par leurs personnalités que par leurs adolescences. Ayant grandi dans une famille bourgeoise, Sagan a toujours reçu tout ce que son cœur désirait, et son éducation manquait de standards et d’autorité parentale. De même, après la mort de sa mère, Cécile passe les vacances d’été dans une villa de luxe avec son père qui se permet d’inviter sa copine, une jeune femme, âgée de 13 ans de moins que lui. Ce geste initial indélicat révèle le manque de rigueur dont ce père fait preuve dans l’éducation de sa fille adolescente. De plus, il autorise cette dernière à avoir une relation avec un jeune homme âgée de 26 ans.

« Il me renversa doucement sur la bâche. Nous étions inondés, glissants de sueur, maladroits et pressés ; le bateau se balançait sous nous régulièrement. Je regardais le soleil juste au-dessus de moi. Et soudain le chuchotement impérieux et tendre de Cyril… Le soleil se décrochait, éclatait, tombait sur moi. Où étais-je ? Au fond de la mer, au fond du temps, au fond du plaisir… J’appelais Cyril à voix haute, il ne me répondait pas, il n’avait pas besoin de me répondre. »

Le lecteur découvre ainsi que non seulement Cécile a besoin d’une figure maternelle, mais aussi d’une figure paternelle. Sagan crée donc un contexte particulier pour cette histoire, décrivant des évènements qui pourraient être identifiés à ceux de sa vie. Sagan situe donc son roman dans une époque cruciale de la vie de chaque adolescente, et traite de thèmes importants tels que le passage à l’âge adulte, la jalousie, la solitude, la morale, le désir de s’affirmer et de se faire accepter, sans oublier les amours communément interdites (amour de Cécile pour Cyril, qui est beaucoup plus âgé qu’elle).

D’autre part, les événements du récit prennent place en France, autour des années 1950. Bien que les comportements qui y sont décrits pourraient passer pour normaux dans notre société contemporaine, au regard des standards de l’époque, l’attitude du père de Cécile est considérée comme une atteinte au savoir-vivre. Plus scandaleuse encore est la fréquence à laquelle Raymond change de compagne. L’attitude blasée de Cécile face aux nombreuses maîtresses de son père atteste de ce fait, et laisse comprendre qu’elle prend pour exemple d’affection les amours désinvoltes de son père.

Les personnages du roman, à l’exception d’Anne, sont à l’image d’une société dont le sens moral s’endort à coup de séjours oisifs, de luxes indécents, de relations amoureuses légères. Il est ainsi question d’une génération sans perspective d’avenir, qui joue avec les émotions, manipule les rêves et les vies des autres, sans aucune considération pour les conséquences.

« Elle [Anne] se redressa alors, décomposée. Elle pleurait. Alors je compris brusquement que je m’étais attaquée à un être vivant et sensible et non pas à une entité. Elle avait dû être une petite fille, un peu secrète, puis une adolescente, puis une femme. Elle avait quarante ans, elle était seule, elle aimait un homme et elle avait espéré être heureuse avec lui dix ans, vingt ans peut-être. Et moi… ce visage, ce visage, c’était mon œuvre. J’étais pétrifiée, je tremblais de tout mon corps contre la portière. ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un univers particulier et scandaleux >