Bonjour Tristesse

par

Le style d’écriture

Le style deSagan est simple, précis et direct. Elle réfléchit comme une adolescence de seizeans, et son talent inné pour l’écriture lui permet de décrire pertinemment sesémotions de manière concise. L’usage du « je » par le narrateur Cécile permetau lecteur de s’identifier à elle. La description qu’elle fait de la Rivierafrançaise est d’une profondeur remarquable et ajoute beaucoup à l’action duroman. Sagan utilise également les éléments de la nature pour insister sur lefait que le lieu de l’action (une villa sur la Rivera française) est propiceaux rencontres amoureuses : « sabledoré », « mer berceuse », « bois de pin invitant lescouples à épanouir leurs amours estivales ».

« Il m’embrassa doucement. Je regardai le ciel ;puis je ne vis plus que des lumières rouges éclatant sous mes paupièresserrées. La chaleur, l’étourdissement, le goût des premiers baisers, les soupirspassaient en longues minutes. »

Par ailleurs,le roman prend des aspects d’introspection psychologique. Toutes les actions,tous les éléments sont présentés au lecteur à travers le point de vue deCécile. Cécile observe son entourage, ses proches ; elle partage avec lelecteur ses pensées intimes, ses doutes et ses ambitions. Elle ment et manipuleles personnages qui l’entourent avec un certain détachement clinique, à l’imagede quelqu’un qui conduirait une expérience. Mais aussi, elle porte son regardsur elle-même.

Le lecteur adonc tout le loisir de partager la perspective de la jeune fille de dix-septans. Il découvre ce qui tient lieu de priorité pour elle, ce qu’elle perçoitcomme une menace ou comme un obstacle, et également la façon dont lesévénements ou les décors l’influencent, comment une phrase ou un regard agitsur sa psychologie, ses désirs. On découvre l’adolescente à travers cettelecture – une adolescente impatiente, capricieuse, manipulatrice, maiségalement fragile, influençable et inconstante, moulée à l’image de la sociétédans laquelle elle vit, et de la génération qu’elle tient pour modèle.

« Le côté lapidaire, définitif de sa formulem’enchanta. Certaines phrases dégagent pour moi un climat intellectuel, subtil,qui me subjugue, même si je ne les pénètre pas absolument. Celle-là me donnaenvie de posséder un petit carnet et un crayon. Je le dis à Anne. Mon pèreéclata de rire : “Au moins, tu n’es pas rancunière.” Je ne pouvaisl’être, car Anne n’était pas malveillante. Je la sentais trop complètementindifférente, ses jugements n’avaient pas cette précision, ce côté aigu de laméchanceté. Ils n’en étaient que plus accablants. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le style d’écriture >