Calligrammes

par

A la recherche d'un esthétisme particulier

Dans son recueil, Apollinaire utilise divers moyen pour mettre en avant l'esthétisme de ses textes. Il emploie notamment les calligrammes. Le mot calligramme est formé des termes « calligraphie » et « idéogramme ». Apollinaire avait d'abord songé à appeler ce style d'écriture « idéogrammes lyriques » en rapport avec son apprentissage de la langue chinoise, langue qui se base sur le symbole. Mais ce nom ne pouvait s'adapter à des poèmes entiers. Or il souhaitait intégrer à ses textes une image : ne plus uniquement prendre les mots comme des entités porteuses de sens mais également comme des dessins capables d'art. Cette volonté de beauté visuelle fera de lui un grand ami des peintres, notamment de Picasso à qui il voue une grande amitié.

Ainsi, dans son recueil Calligrammes, ceux-ci sont omniprésents : on retrouve le célèbre Cravate et montre, La colombe poignardée et le jet d'eau ou encore Il pleut. Ici, chacun de ses textes est disposé de façon à représenter le plus fidèlement possible l'idée du texte. C'est pour cette raison que le poème Il pleut se lit de haut en bas, et de gauche à droite, les lettres étant positionnées les unes à la suite des autres. Pour La colombe poignardée et le jet d'eau, les mots forment le dessin d'un bassin, d'où jaillit une fontaine, surmontée d'un oiseau. Le bec de l'oiseau semble acéré, tranchant, car l'auteur a représenté le -c du mot « chères » de telle façon à ce qu'on ait l'impression qu'une lame remplace ce bec, etc. Il en va ainsi pour beaucoup de ses calligrammes. Certains poèmes offrent des formes différentes : on retrouve ainsi des...

Inscrivez-vous pour continuer à lire A la recherche d'un esthétisme particulier >

Dissertation à propos de Calligrammes