Candide ou l'optimiste

par

L’œuvre et son contexte

Candide, dont le titre complet est Candide ou l'optimiste, est un conte philosophique écrit de Voltaire paru en 1759. Le livre est présenté comme étant une traduction d'une œuvre allemande d'un certain Docteur Raplh, Voltaire voulant ainsi éviter la censure. Le ton général de l’œuvre est souvent ironique, se moquant et dénonçant tout à tour la noblesse, l'église et la philosophie optimiste de Leibniz.

Le contexte historique de l’œuvre a son importance : deux grandes catastrophes viennent de se produire, le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 et la guerre de Sept Ans, dont les atrocités ont marqué Voltaire qui ne peut plus croire en la providence divine et la nature fondamentalement bonne du monde. L'auteur est en opposition avec la pensée du philosophe Leibniz, pour qui le monde, étant créé par un Dieu parfait, ne peut que s'approcher de cette perfection. Le mal et la souffrance sont donc des phénomènes mineurs en comparaison du bien infini de la création divine. Cette pensée, appelée l'optimisme leibnizien, veut que chaque chose arrive en raison d'une cause nécessaire. Voltaire reproche à ces idées de pousser l'homme au fatalisme et, en réaction à cet optimisme qu'il juge idiot, préfère promouvoir une vision pragmatique du monde et de l'homme. Il a foi en la nature de l'homme qu'il juge seul capable, par ses efforts, d'améliorer le monde et la condition humaine.

Le conte est divisé en 30 chapitres qui racontent l'histoire de Candide, le héros, et ses mésaventures à travers le monde. Toutes les péripéties sont autant de prétextes pour l'auteur à exposer sa pensée et à faire la critique de ce qu'il juge nuisible à l'homme.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’œuvre et son contexte >

Dissertation à propos de Candide ou l'optimiste