David Copperfield

par

Résumé

David Copperfield vient au monde dans le Sud-Est de l’Angleterre, au début du règne de la reine Victoria. Sa naissance semble marquer son destin d’un sceau funeste car c’est un enfant posthume : son père est mort six mois avant sa naissance. Toute sa vie, inconsciemment, il cherchera une figure paternelle qui lui a cruellement manqué. Cependant, ses premières années sont heureuses. Il vit dans la petite ville de Blunderstone, élevé par sa mère qui l’aime tendrement et soigné par la servante de la famille, la bonne et robuste Peggotty. Seule petite ombre au tableau : lors de sa naissance, la maison familiale a reçu la visite d’une grand-tante, la tante Betsey, qui semble avoir pris comme une offense personnelle le fait que sa nièce ait mis au monde un garçon et non une fille. Elle est partie en jurant qu’on ne la reverrait jamais.

Un beau jour, Peggotty emmène David dans la ville de Yarmouth, petit port à l’est du pays. Là vit sa famille. Leur maison est étrange : c’est une coque de navire renversée sur la plage. L’enfant fait la connaissance de la gentille famille de la servante : Mr Peggotty, pêcheur, son jeune neveu Ham Peggotty et surtout sa jolie nièce, Emily, dont David s’amourache. L’enfant passe des vacances délicieuses, et rentre à Blunderstone pour trouver son monde bouleversé. En effet, sa mère s’est remariée. Son époux est le sombre Mr Murdstone, dont les principes d’éducation n’incluent ni la tendresse ni la gentillesse. L’atmosphère de la maison devient vite irrespirable pour un enfant. Mr Murdstone va jusqu’à lever la main sur David et le fouette. Indigné, l’enfant se révolte et mord la main de la brute. En représailles, il est envoyé en pension dans une sordide école, Salem House.

La sinistre institution ressemble davantage à une prison qu’à une école. Le pauvre David est maltraité, mal nourri, humilié et profondément malheureux. Il sympathise cependant avec deux camarades : Tommy Traddles et James Steerforth. Le premier est un joyeux luron, gai et loyal compagnon. Le deuxième est beau, et David l’admire. Il ne voit pas que derrière cette beauté se cache une personnalité veule. Un nouveau chagrin attend bientôt David : sa mère bien-aimée meurt, tuée à petit feu par Mr Murdstone. Ce dernier annonce à David qu’il doit maintenant gagner son pain. Il envoie donc l’enfant travailler à Londres dans un entrepôt de vin où David range et nettoie des bouteilles toute la journée durant. David découvre maintenant une nouvelle compagne : la pauvreté. Il y a cependant une petite lumière dans ce sombre tableau : David loge chez de braves gens, la famille Micawber. Le chef de famille est Mr Micawber, qui sait si bien parler et a un cœur d’or, tout comme sa femme et tous leurs enfants. David trouve auprès d’eux la chaleur d’un foyer, et une grande affection naît entre eux. Hélas, cela ne dure qu’un temps, car si Mr Micawber a bien des qualités, la bonne gestion de ses affaires n’en fait pas partie, et le brave homme et toute sa famille se retrouvent en prison pour dettes.

Que faire pour survivre ? David décide de quitter Londres et voyage à pied jusqu’à Douvres, où habite sa tante Betsey. Contre toute attente, celle-ci lui ouvre les bras, décide d’en faire son pupille, affronte directement l’odieux Murdstone pour qu’il lui abandonne la tutelle de l’enfant, et décide de rebaptiser celui-ci Trotwood. Ma foi, c’est un petit prix à payer pour avoir enfin un peu d’affection. Plus question de travailler dans un atelier sordide, David retourne à l’école à Canterbury. La tante Betsey loge son neveu chez son avocat, Mr Wickfield. Celui-ci a une fille, Agnès, qui tombe vite amoureuse du jeune homme. David fait également la connaissance de l’employé de Mr Wickfield, un nommé Uriah Heep, obséquieux, mielleux, très humble – trop humble pour être honnête. En fait, Heep profite d’une faiblesse de Mr Wickfield : l’avocat boit. L’indélicat employé en profite pour prendre, lentement mais sûrement, la direction du cabinet.

Le temps passe, et le hasard met David en contact avec son ancien camarade Steerforth. Il décide de l’emmener à Yarmouth faire la connaissance de la famille Peggotty. Fâcheuse idée ! Là-bas, Steerforth séduit la jolie mais un peu écervelée Emily, qui était sur le point d’épouser Ham, et la convainc de s’enfuir avec lui. Dans l’Angleterre victorienne, c’est une condamnation à mort socialement. Pourtant, le brave Mr Peggotty décide de partir à la recherche de sa nièce. Sa quête le mènera à travers de nombreuses contrées, et il lui faudra des mois avant de retrouver Emily malade et abandonnée.

David, qui veut devenir homme de loi, devient le stagiaire de Mr Spenlow, un avocat. Il fait la connaissance de Dora, la fille de celui-ci. David apprend la sténographie et devient chroniqueur parlementaire, c’est-à-dire qu’il retranscrit les débats qui se tiennent au Parlement de Londres. Mais il souhaiterait embrasser la carrière d’écrivain. Sa situation matérielle devient plus sûre, ce qui lui permet de secourir sa tante Betsey subitement ruinée à cause des louches trafics de Heep. C’est à ce moment qu’il épouse Dora. Malheureusement, David déchante vite : sa femme se révèle incapable de gérer une maison. Cette charmante irresponsable n’est pas une ménagère, c’est une femme-enfant, qui entend être traitée comme telle. David, philosophe, l’accepte donc comme elle est.

La vie a remis Mr Micawber et le joyeux Traddles sur le chemin de David. Tant mieux, car c’est Mr Micawber qui révèle à David la duplicité de l’infâme Uriah Heep, qui est emprisonné pour ses malversations. Tante Betsey peut récupérer sa fortune ! Mais dans la vie de David, le bonheur n’a jamais le temps de s’installer. Sa jeune femme meurt, et son ami Ham Peggotty trouve la mort en portant courageusement secours à un naufragé. Quelle n’est pas la surprise de tous quand on reconnaît le cadavre du naufragé : c’est Steerforth.

Cependant, ce sont les derniers drames de cette histoire. La famille Micawber décide d’émigrer en Australie, où Mr Micawber va enfin prospérer et assurer le pain quotidien de sa famille. Mr Peggotty et Emily les ont accompagnés aux antipodes. Quant à David, il découvre l’amour d’Agnès Wickfield et l’épouse. David est enfin un homme heureux, un écrivain prospère et un époux comblé.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >