Disparition programmée

par

En manque de père

A travers son roman « Disparition programmée », c’est dans un univers particulier que nous entraine Roland Smith. En effet, il y est dans un premier temps question de trafic de drogue. Bien souvent, nous sommes mis en relation avec l’univers des cartels par le cinéma qui propose un certain nombre de films  traitant de la question. Il est évident que le crime organisé a quelque chose de sinistre. Qu’advient-il des familles de ceux qui se font prendre et qui se retrouvent incarcérés ? Si cette question, véritable trait d’union entre le redoutable univers des cartels et celui douillet du cadre familial est plus que légitime, un début de réponse se trouve peut-être dans le fait que le roman, malgré sa thématique un peu sombre, est destiné à la jeunesse. « S'il avait été là, mon père aurait su quoi faire, au moins ! », faisait remarquer le petit Jack Osborne dans le roman. Il ressort de ces propos que son père lui manque cruellement. La figure paternelle absente, le héros se trouve confronté trop tôt aux difficultés de la vie. Pour sa survie, il doit prendre des décisions et agir comme un adulte avant l’heure. Les enfants sont parfois les principales victimes des erreurs commises par les adultes. Et quand cette erreur conduit à s’attirer les foudres des cartels de la drogue, les conséquences peuvent être terribles à bien d’égards. Des conséquences  que notre héro devra donc affronter seul et qui le mèneront à faire face aux dangers de façon précoce.

Inscrivez-vous pour continuer à lire En manque de père >

Dissertation à propos de Disparition programmée