En attendant Godot

par

Attendre

Le thème de l’attente se retrouve dans le titre. Les personnages principaux attendent la venue de quelqu’un. Ils ne savent pas à quoi il ressemble ni quand il va passer mais ils l’attendent et cette attente est meublée par des actions et des discours futiles sans aucun lien avec leur objectif.

Certes ils discutent en attendant Godot, mais ils n’échangent pas réellement car ils ne s’écoutent pas. Le but de la discussion n’est, en réalité, que de meubler le néant du silence.

L’attente se divise en deux phases : l’ennui et l’angoisse. C’est pourquoi la pièce est en deux actes, les personnages ne cherchant qu’à échapper à l’ennui et à l’angoisse du silence et du néant.

On peut aussi se pencher sur l’aspect religieux de cette attente, qui fait penser à l’attente des fidèles de la venue d’un sauveur, de l’instauration d’un monde meilleur. On a ainsi plusieurs pistes dans le texte qui vont dans ce sens. Outre l’assimilation à Dieu que l’on peut faire du personnage de Godot, il y a aussi le lieu du rendez-vous, une colline dénudée sur laquelle il n’y a qu’un seul arbre. La colline est en hauteur, et donc plus proche du ciel. L’arbre est dénudé au premier acte, mais il est recouvert de quelques feuilles au second, qui sont comme le signe d’un espoir toujours entretenu. Dans la symbolique religieuse, ce renouveau de la nature peut aussi symboliser la pérennité de la vie, dans ce monde ou dans un autre.

La vie est souvent exprimée comme une longue attente de la mort qui la clôt. Et cette attente est l’occasion pour chacun de chercher à s’occuper en attendant son Godot, c’est-à-dire ce qui donnera un sens à sa vie.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Attendre >