En attendant Godot

par

Une illustration de l’absurdité de la condition humaine

Le contexte de la pièce est celuide l’après-Seconde Guerre mondiale. Le monde – notamment l’Europe – estbouleversé. On cherche, plus que jamais, une explication au but de la vie et àl’existence de l’homme. Cette période est jalonnée de nombreuses œuvres quitraitent de ce thème et le courant philosophique français de l’existentialismeprend son essor. En attendant Godot estune pièce qui elle aussi s’intéresse à cette question. À travers sespersonnages qui attendent sans trop savoir quoi, ni quand leur attente prendrafin, c’est le tragique de la condition humaine qui est mis en exergue.

À l’instar de Vladimir et Estragonqui attendent Godot, l’être humain attend lui aussi. Il cherche à donner unsens à sa vie et pendant ce temps, il s’absorbe dans la routine, les conversationsinutiles, et cherche à se distraire de sa condition par tous les moyens. Lespersonnages en eux-mêmes reflètent cette condition. Certains sont cruels commePozzo ; certains s’en remettent aveuglément à d’autres comme Lucky ;d’autres encore attendent avec seulement une vague idée de ce qu’ils attendentcomme le font Vladimir et Estragon.

Plusieurs passages traduisent avecplus d’évidence l’absurdité de la condition humaine :

– L’homme, plutôt que de construirele présent attend le futur. Le personnage de Lucky dit régulièrement :« n’anticipons pas ».

– Il existe un décalage entre lavolonté et la réalité de l’action : Estragon dit régulièrement « ons’en va », mais n’en fait rien.

– La vie est sans but et conduit àl’indifférence : « rien à faire » ; « on trouvetoujours quelque chose, hein Didi, pour se donner l’impression d’exister » ;ou « Rien ne se passe, personne ne vient, personne ne s’en va, c’estterrible. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une illustration de l’absurdité de la condition humaine >