En attendant Godot

par

La dérision, emballage d’une prise de conscience douloureuse

La dérision consiste à teinter d’humour un thème tragique pour le dédramatiser. C’est la condition humaine qui est ici brossée de manière humoristique. Les hommes sont représentés par les personnages principaux, Gogo et Didi, lesquels caricaturent l’existence humaine : « l’humanité c’est nous » dit l’un d’eux. Ils sont miséreux, vagabonds et bouffons. On perd son pantalon, rien de profond n’est dit, ils passent le temps en échanges saccadés et futiles. Ils mènent une vie élémentaire : ils mangent, dorment, urinent et pètent. Ils recherchent la moindre distraction. Leur vie plate est jalonnée de rencontres peu réjouissantes. Ils entretiennent le fol espoir, jamais réalisé, d’un avenir meilleur. La pièce place le spectateur en face de sa propre réalité, lui démontre le vide de son existence, son caractère ridicule et dérisoire. Elle lui fait réaliser que lui aussi attend Godot. Elle produit chez lui un rire amer dû au fossé entre ce que l’homme attend de la vie et ce qu’il en obtient, entre ses aspirations et la réalité. La dérision est donc un moyen de se départir de l’effroi qui pourrait naître de la conscience du pathétique de la condition humaine.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La dérision, emballage d’une prise de conscience douloureuse >

Dissertation à propos de En attendant Godot