François le Champi

par

La dimension sociale et politique

Lorsque George Sand écrit son roman, la France vit sous un régime parlementaire, basé sur des valeurs morales plus modernes et un respect plus grand des droits humains. George Sand, auteure dont l’intérêt pour la reconnaissance des classes les plus démunies est remarquable, voit en la réforme qu’a subie récemment la politique française l’opportunité de défendre la cause des classes laborieuses, car le contexte semble plus favorable à la prise de mesures en faveur d’une plus grande mobilité sociale par exemple.

Ainsi, dans François le Champi, elle met en scène un personnage touchant, victime de ragots et de mauvais traitements, d’une mentalité rurale prisonnière de ses traditions. Mais elle défend surtout l’évolution qu’il connaît à travers les pages. Elle donne la part belle aux personnages à l’existence difficile, comme Madeleine et son courage, ou encore la Zabelle et ses difficultés financières. Elle veut montrer que les réformes politiques mises en place ne peuvent être efficaces que si les populations rurales elles-mêmes peuvent bénéficier d’une meilleure éducation et de meilleures conditions de vie. C’est seulement ainsi que pourra être gommée cette relation de dépendance qui régit les rapports entre humains. Par exemple, la pauvreté de la Zabelle face à l’ignorance et à la cupidité de Cadet Blanchet la met dans une posture de dépendance qui l’affaiblit et la contraint à faire des choix déchirants.

Ainsi, George Sand met en avant la population des campagnes, afin de montrer la valeur de certains de ses membres, victimes d’injustices et de certaines inerties, pour que le reste du peuple ne l’oublie pas et l’intègre davantage dans une nouvelle société qui paraît prometteuse.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La dimension sociale et politique >