L'adversaire

par

Jean Claude Romand

L’originalité évoquée plus haut n’aurait nulle raison d’être si une pathologie spécifique n’avait pas frappé le prévenu ; la mythomanie. Durant dix-huit ans, Jean Claude Romand s’est construit une vie qui n’était pas la sienne. On peut à juste titre se demander comment il a su faire en sorte d’entretenir cette histoire pendant tout ce temps. Quoiqu’il en soit, le mensonge perpétuel est devenu sa réalité quotidienne. Une réalité qui ne pouvait tolérer que la supercherie soit découverte, car « sortir de la peau du docteur Romand voudrait dire se retrouver sans peau, plus que nu: écorché ». Par crainte d’endurer le mépris de ses proches, il s’est senti obligé de les éliminer.  

Inscrivez-vous pour continuer à lire Jean Claude Romand >

Dissertation à propos de L'adversaire