L'adversaire

par

Un crime

« L’adversaire » d’Emmanuel CARRERE est une œuvre originale à bien d’égards. En effet, le sujet dont traite l’auteur est de ceux qui heurtent les susceptibilités, soulèvent de véritables questions morales et conduisent à s’interroger sur l’abyssale noirceur dont peuvent faire preuve certains individus. Il y est question d’un crime qui a ceci de terrible : il ne s’agit nullement d’une seule victime, mais plutôt de trois. Une chose supplémentaire surprend, et c’est le type de rapports existant entre l’assassin et ses victimes. Un époux et père qui décide d’éliminer sa famille, cela a de quoi intriguer n’est-ce pas ? Qu’est-ce qui peut bien l’avoir conduit à pareil et triste extrême ? C’est indubitablement la question que se posent toutes les personnes qui sont mises en contact avec cette sordide affaire. Dans tous les cas, hormis ce questionnement, une forme de répulsion découle d’un tel acte et conduit à ne pas vouloir s’approcher de l’homme qui a été capable d’une telle horreur. Cette réaction est celle du commun des mortels et est tacitement légitimée par les consciences collectives. Aussi est-on extrêmement surpris de constater qu’une personne est allée contre ce mode de pensée pour tenter de comprendre les éléments susceptibles d’avoir conduit cet homme à ce meurtre. Cette personne, c’est Emmanuel CARRERE qui, ayant eu vent de l’affaire Jean-Claude ROMAND en lisant la rubrique faits divers dans un journal,  a décidé d’en savoir plus. Réaction somme toute étrange, qui classe l’auteur dans la catégorie des êtres sur qui l’horreur semble exercer une espèce de pouvoir d’attraction. C’est donc ainsi qu’il a...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un crime >

Dissertation à propos de L'adversaire