L'appel de la forêt

par

Hal, Mercedes et Charles

Charles, son épouse Mercedes et Hal, le frère de celle-ci, croisent la route de Buck alors qu’il vient à peine de mener à bien sa mission de transport du courrier à Skagway, au sein de l’attelage canin. L’apparence de Charles elle-même prouve l’étrangeté de sa présence dans le Grand Nord canadien : blond, les « yeux faibles et larmoyants, la bouche molle et sans caractère ornée d’une moustache audacieusement retroussée », on comprend rapidement qu’il vient de la ville, des États-Unis. Son beau-frère Hal, lui, âgé d’une vingtaine d’années, est toujours armé d’un colt et d’un couteau de chasse.

Mercedes fait preuve d’un comportement tout aussi citadin. Elle s’apitoie sur les coups de fouet que reçoivent les chiens de traîneau rachetés par son frère et son mari, mais se laisse totalement dominer par eux. Elle considère les animaux comme des peluches, les nommant de toutes sortes de noms ridicules, oubliant ou ignorant la fierté qui caractérise ces animaux rompus à la traversée de toutes sortes d’épreuves.

Les deux hommes se comportent avec une cruauté inégalable envers la meute : Hal abat le vieux Billee lorsque celui-ci se montre trop fatigué pour continuer plus avant. La manière de traiter les animaux et l’incompétence des deux hommes...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Hal, Mercedes et Charles >

Dissertation à propos de L'appel de la forêt