L'attentat

par

Double culture

Le fait que le personnage principal s'illustre par une double culture est essentiel dans l'œuvre. En effet, celle-ci témoigne du conflit israélo-palestinien et de sa violence.

Le rapport entre Amine et Sihem, sa femme, montre bien que pour une situation donnée, le vécu est différent, même pour un couple qui semble aussi soudé que le leur :

« Une grande bibliothèque en merisier investit toute une aile, d'un bout à l'autre, chargée de livres rangés avec soin et de bibelots ramenés de pays lointains. Cette pièce était notre tour d'ivoire, à Sihem et à moi. Personne d'autre n'y était convié. C'était notre coin intime, notre retraite dorée. Nous y venions parfois communier avec nos silences et recycler nos sens émoussés par les bruits de tous les jours. Nous prenions un livre ou mettions une musique, et nous voilà partis. Nous lisions aussi bien Kafka que Khalil Gibran et écoutions avec la même gratitude Oum Kalsoum ou Pavarotti.»

Inscrivez-vous pour continuer à lire Double culture >

Dissertation à propos de L'attentat