L’Éducation sentimentale

par

M. Arnoux

Il est l’incarnation du débauché et du dépravé. Il représente dans le roman la dégénérescence de la bourgeoisie. Il pervertit tout ce qui approche sa personne, même l’art. Il spolie les artisans dans sa recherche de gains, et mène une existence dissolue dont les infidélités à sa femme sont les écarts les moins choquants.

« En effet, Arnoux, pour faire une bonne spéculation, s'était refusé à vendre ses terrains, avait emprunté dessus largement, et, ne trouvant point d'acquéreurs, avait cru se rattraper par l'établissement d'une manufacture. Les frais avaient dépassé les devis. Elle n'en savait pas davantage ; il éludait toute question et affirmait continuellement que “ça allait très bien”. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire M. Arnoux >

Dissertation à propos de L’Éducation sentimentale