L’Enfant

par

Mme Vingtras

L’auteur consacre tout le premier chapitre à la description de« la Mère ». On comprend vite qu’il s’agit d’une femmedésagréable qui tyrannise son fils, l’empêchant de profiter des plaisirs simplesde la vie. Jacques dit à propos de sa mère : « J’ai la mainmalheureuse, je casse de temps en temps une écuelle, un verre. Ma mère crie[…] que nous serions bientôt sur la paille si ce brise-tout ne se corrige pas ».Elle est décrite comme une paysanne sans éducation ni affection. Peu cultivée,elle ne connaît pas même les bases de l’histoire française et pense que sonmari apprend des « saletés » à son fils. Ses manières peumondaines font d’elle un personnage parfois caricatural, sévèrement raillé parles gens qui l’entourent. L’accent n’est jamais mis sur l’image physique de MmeVingtras. C’est une image abstraite de la cruauté que l’on peut adapter àsouhait à ce qu’on en imagine.

         Ce n’est que vers lafin du roman que le lecteur prend conscience du fait qu’au plus profondd’elle-même, Mme Vingtras éprouve peut-être de l’affection mais qu’ellen’arrive pas à l’exprimer. Celle-ci ne peut retenir ses larmes lorsque Jacqueslui révèle les nombreuses et profondes blessures qu’il a ressenties à cause descomportements mesquins de sa mère. En effet, à la grande surprise du lecteur,« elle n’a pu retenir un sanglot, et avec un geste si chagrin, commej’en ai vu dans les tableaux d’églises, elle a laissé tomber sa tête dans sesmains ». Peut-être a-t-elle réellement fait tout cela afin que sonfils devienne un homme respecté, riche, et heureux ?

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Mme Vingtras >