La honte

par

Résumé

La narratrice évoque d'abord une dispute survenue entre ses parents un dimanche de juin, au cours de laquelle son père a voulu tuer sa mère. À son retour de la messe, la narratrice assiste à cette scène et voit son père empoigner sa mère et la traîner violemment dans le café dont ils sont propriétaires. Survenu le 15 juin 1952, cet événement constitue « la première date précise et sûre » de l’enfance de la narratrice. En écrivant cette scène pour la première fois, elle a l’impression d’avoir bravé une interdiction et rendu « banal » un acte dramatique de son histoire personnelle. Ignorant le motif de la dispute, elle n’en retient que quelques détails comme la robe bleue à pois blancs qu’elle portait ce jour-là. Plus tard, cette scène a joué le rôle d’un « filtre » entre la narratrice et sa vie, rendant son quotidien « artificiel » et créant chez elle une forme d’hyperconscience. Craignant que la scène se répète et que son père réussisse à tuer sa mère, la narratrice observe ses parents et interprète le moindre de leurs éclats de voix, de leurs signes d’affection. Son père meurt quinze ans plus tard, un dimanche de juin également.

La narratrice évoque ensuite deux photos qu’elle a gardées de l’époque de la dispute de ses parents. Sur la première photo, datée du 5 juin 1952, elle est une toute jeune fille « sérieuse », agenouillée sur un prie-Dieu. Elle se souvient qu’elle avait l’impression de ne pas avoir de corps sous l’habit de la « petite bonne sœur ». Sur la deuxième photo, prise fin août 52 à Biarritz au cours d’un voyage organisé à Lourdes, en compagnie...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de La honte