La honte

par

Un style "froid"

Ernaux, a pour but de produire une écriture neutre, simple et objective. Elle est en constante recherche de la sobriété, n’essayant pas de se perdre dans des images ou des métaphores pour romancer sa vie. En effet, elle parle d’une manière d’écrire « sans jugement, sans métaphore, sans comparaison romanesque ». Cela renforce le côté neutre, le fait de ne pas vouloir juger mais simplement relater des faits qui se sont produits, les relations entre les personnages, sans vouloir en dire plus ou enjoliver les choses. Elle revendique donc ‘’ un style objectif, qui ne valorise ni ne dévalorise les faits racontés ‘’, elle veut rester au plus près de la vérité historique ; et donc ne veut émettre elle même aucun jugement de valeur. Elle ne prétend donc pas décider ce qui est bon ou mal, si ces personnages sont bons ou mauvais. Elle ne veut faire preuve d’aucune complaisance à l’égard de ses parents notamment, elle les dépeint simplement, de la façon la plus objective possible. Cela peut apparaître froid venant de leur propre fille.

On ressent ainsi ce besoin d’écrire sur ce qui fut, mais sans chercher à susciter chez le lecteur de la compassion ou des sentiments envers les personnages par de la sophistication inutile, ou des images poétiques. Elle veut autant écrire sur ce qui peut paraître beau, élevé et spirituel, que les éléments du quotidien. A ce propos, elle évoque une écriture pour assouvir ce : ‘’ désir de bouleverser les hiérarchies littéraires et sociales en écrivant de manière identique sur des objets considérés comme indignes de la littérature, par exemple les supermarchés, le RER, et sur d'autres, plus nobles, comme les mécanismes de la mémoire, la sensation du...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un style "froid" >

Dissertation à propos de La honte