La mort n'oublie personne

par

Jean Ricouart

C’est le père de Lucien, il est marié à Marie et a 60 ans : « Quand il a ouvert la porte, je suis tombé sur un petit bonhomme, moins d’un mètre soixante, pratiquement chauve, la peau plissée au bas des joues, sous les paupières, au milieu du front et jusque sur le crâne ». Résistant pendant la guerre, il est moralement engagé contre les occupants. Révolté à l’idée que son fils se soit suicidé à cause de sa condamnation pour l’exécution d’un collaborateur, il ira se venger en tuant le juge qui a prononcé cette condamnation. En effet, il estime que cette condamnation a sali l’honneur de son fils et l’a poussé au suicide.

         C’est son témoignage qui est rendu tout au long du roman. On découvre à travers ses souvenirs les réalités de la vie sous l’Occupation, les traitements inhumains qu’il a subis dans les camps, et les injustices du système judiciaire auxquelles il a été livré après la guerre. L’histoire de ce personnage est construite en partie sur le modèle de celle d’un résistant qui a réellement vécu, du nom de Moreau.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Jean Ricouart >