La morte amoureuse

par

L'importance du regard

Théophile Gautier, ne dissimulant pas au lecteur sa passion pour la peinture, a donc beaucoup fait appel à des couleurs, des termes de peinture, qui obligent le lecteur à solliciter une imagination de l’ordre du visuel. La lumière, les ombres, sont des éléments exclusivement visuels. De nombreuses descriptions sont faites, principalement des personnages : « Elle était assez grande, avec une taille et un port de déesse ; ses cheveux, d'un blond doux, se séparaient sur le haut de sa tête et coulaient sur ses tempes comme deux fleuves d'or ; on aurait dit une reine avec son diadème [...]. » L'utilisation des adjectifs semble très importante, tout comme celle des métaphores. La figure de style installe un cadre, une image dans la tête du lecteur, qui perçoit ainsi mieux les aspects symboliques du récit.

La présence du champ lexical de la vue, de l’œil, est indéniable : « j'aperçus », « œil », « regard », « prunelle », « paupières » – c'est presque une planche d’anatomie de l’organe de la vue que l’auteur met parfois sous les yeux du lecteur.

 

Inscrivez-vous pour continuer à lire L'importance du regard >

Dissertation à propos de La morte amoureuse