La philosophie de l’esprit

par

Georg Hegel

Chronologie : Vie, Regards sur l’œuvre, Éléments sur la pensée

 

1770 : Georg Wilhelm Friedrich Hegel naît à Stuttgart dans une famille protestante. Cette naissance lui vaudra de garder sa vie durant un accent souabe qui paraissait ridicule aux gens raffinés. Son père est un modeste employé des finances du duché de Wurtemberg ; sa mère, issue d’une famille cultivée, participe à sa première éducation mais meurt précocement. Il reçoit une formation classique à Stuttgart ; il ne brille pas particulièrement comme élève mais multiplie les lectures tout en prenant beaucoup de notes. À 18 ans, il entre comme boursier au célèbre séminaire protestant de Tübingen, où il se lie d’amitié avec le futur poète Hölderlin. Ensemble ils s’enthousiasmeront pour la Révolution française et les idées qu’elles véhicule. Hegel commence à cette période à coucher sur le papier méditations et poésie. Il devient deux ans plus tard l’ami de Friedrich von Schelling, élève du même séminaire, génie précoce déjà affirmé. Hegel devient maître de philosophie en 1793. Sans don d’éloquence, il devient précepteur privé plutôt que pasteur, et part officier dans une famille aristocratique de Berne. La lecture de La Religion dans les limites de la simple raison de Kant le marque. Il lit également Lessing, Herder, et peu à peu, dans son esprit encore marqué par le romantisme, se forme son rationalisme. Il se manifeste notamment dans la Vie de Jésus qui ne paraîtra qu’après sa mort, ainsi que Positivité de la religion chrétienne. Les écrits de jeunesse de Hegel de 1793-1800 ne seront retrouvés qu’en 1906 et présentent déjà un grand intérêt. Parmi eux, plusieurs apparaissent antireligieux, notamment un opuscule sulfureux intitulé L’Esprit du christianisme et son destin.

1801 : Grâce à Schelling, Hegel, alors précepteur à Francfort-sur-le-Main depuis 1797, devient enseignant (privat-dozent) à l’université d’Iéna. En 1801 toujours, il publie son premier ouvrage, La Différence entre les systèmes philosophiques de Fichte et de Schelling. En 1802-1803, il est avec Schelling directeur du Journal critique de la philosophie ; une riche collaboration s’ensuit entre les deux hommes. Hegel défend notamment dans ce périodique la pensée de son ami contre celle de Fichte. À partir de 1802, se fait jour dans ses écrits et son enseignement l’idée d’une systématicité de la philosophie, d’un mode de développement rationnel selon une division en branches organiquement liées. Sa pensée se détache progressivement de Kant, Fichte et Schelling.

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >


Dissertation à propos de La philosophie de l’esprit