La résistible ascension d’Arturo Ui

par

Le personnage d’Hitler et du bandit

Comme de nombreuses œuvres écrites par les allemands ou des auteurs d’Europe de l’époque, cet ouvrage est en lien avec le thème de l’Allemagne nazie et de la seconde guerre mondiale, que ce thème soit abordé directement, ou comme c’est le cas ici, sous forme de parabole, pour illustrer l’Histoire, de l’arrivée au pouvoir d’Hitler, à son emprise sur le III° Reich.

Comme Hitler, et les bandits américains des années 1930, Arturo soigne son image, afin de paraître fréquentable aux yeux du grand public. Au départ, il prend des cours de maintien, de bonnes manières, afin d'être élégant et s'intégrer dans la haute société de la ville, bien se tenir, bien se comporter, et apprendre les codes des gens riches qu'il fréquente. Il décide de travailler son image, notamment auprès du peuple qui souffre de la crise (épisode qui rappelle la soupe populaire d’Al Capone à Chicago, durant l’hiver des années 1930), et il va aider le petit peuple qui est frappé par la crise, le chômage. Arturo va par exemple prendre des cours de théâtre, afin d’avoir le bagou et la présence lors des grandes réunions, travaillant son aura, qui impressionne ses interlocuteurs de tous les milieux.

Comme les bandits de l’époque des années 1930, mais aussi pendant la période de la montée du nazisme, Arturo propose aux commerçants de les protéger, de son propre gang, afin de ne pas être attaqué, en contrepartie de finances et de commande massive de choux fleurs. Ces offres n’en sont pas, les commerçants refusant cette protection se retrouve attaqué, eux et leurs affaires, retrouvant des entrepôts incendiés. Ces commerçants représentent les Juifs sous Hitler, qui laissera faire les membres de son parti incendier et casser les vitrines des boutiques tenues par des Juifs, mais aussi à tuer les juifs les plus puissants, pour faire régner un climat de terreur, comme lors de la nuit de cristal, et la nuit des longs couteaux.

Le rapprochement avec Hitler est aussi très marqué, lors d’un des discours d’Arturo où ce dernier propose un vote libre, mais menace tous ceux qui s’opposeraient à lui à des représailles, avec ses hommes de main, laissant aux armes le soin de dissuader les commerçants qui pourraient ne pas le suivre. De plus, il dit ‘’ voici 15 ans ‘’, comme pour faire une rétrospective, ce qui constitue une référence au putsch manqué de Hitler, qui lui a valu la prison et qui fut le temps où il écrivit ‘’ Mein Kampf ‘’. Ses discours et son zèle montrent bien qu’Arturo utilise toute son énergie pour défendre sa thèse, il est fanatique et se révèle fou, comme dévoué totalement au service d'une doctrine, d'une foi.

De plus, le lien du récit avec l’Europe se ressent encore plus fort à la fin de la pièce, étant donné que peu de temps avant que Mr Hindsborough ne meure, les gangs imaginent comment élargir leur business et leurs affaires à d’autres domaines, voire d’autres endroits, et réfléchissent à annexer la ville voisine, qui est Cicero, symbolisant l’Autriche, annexée par l’Allemagne, Arturo étant inspiré de Hitler et de sa volonté dévastatrice belliciste et d’expansion sans limite. Au moment où Hindsborough meurt, les comparses d’Ui rédigent un faux testament, laissant à Ui tous les pouvoirs politiques de la ville de Chicago, bien que ses ambitions soient déjà plus larges. Son esprit de conquête s’affirme dans ses discours, lorsqu’il liste les villes à prendre, à conquérir après Chicago, parlant comme Hitler de l’espace vital, du besoin d’expansion, ce qui souligne la folie de ses idées, la démesure de ses ambitions, et donc un côté mégalomane.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le personnage d’Hitler et du bandit >