La Seconde Surprise de l’amour

par

Lubin

C’est le valet du Chevalier. Tout comme son maître, il semble avoir perdu l’amour de sa vie, une certaine Marton. Néanmoins, il est très vite épris de Lisette, et parvient à un point où il ne sait si c’est réellement de l’amour qu’il éprouve pour elle, car il continue de penser à Marton. Il devient donc confus : « Je ne sais plus à présent si c’est Marton que j’aime ou si c’est Lisette : je crois pourtant que c’est Lisette, à moins que ce ne soit Marton. » (Acte II, Scène 2)

Mais son caractère drolatique donne à cette intrigue amoureuse secondaire un aspect plus léger, sans doute pour ne pas dévier l’attention du spectateur du dilemme amoureux principal. Mais bien que Lisette le rejette constamment, Lubin persiste et espère que l’amour entre leurs deux maîtres mènera également au mariage des deux valets.

D’ailleurs, la pièce se termine sur une réplique joyeuse de Lubin : « Et nous aussi, et il faudra que votre contrat fasse la fondation du nôtre : n’est-ce pas, Lisette ? Allons, de la joie ! »

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Lubin >