La Seconde Surprise de l’amour

par

Monsieur Hortensius

C’est le pédant de la Marquise. Il est bien éduqué et se vante de ses connaissances en philosophie, en morale et en belles lettres. Il est décrit par Lisette comme un homme « aussi chargé de livres qu’une bibliothèque. » La Marquise l’a engagé pour lui donner des séances de lecture, et il prétend lui « purger » l’esprit avec ses histoires et la philosophie de Sénèque. Il glorifie sans cesse les écrivains grecs, comme s’il était leur servant : « Ô divin Homère ! Ô Virgile ! Et vous gentil Anacréon ! »(Acte III, Scène 1).

Monsieur Hortensius est un homme imbu de sa personne, et il espère pouvoir amadouer Lisette (pour qui il a un faible) par ses connaissances théoriques et ses grands mots latins. Il se permet même de lui faire des avances : « La rhétorique que je sais là-dessus, Mademoiselle, ce sont vos beaux yeux qui me l’ont apprise. »

Ce personnage démontre également une certaine mesquinerie. En effet, lorsqu’il se rend compte que la Marquise porterait quelque intérêt au Chevalier, il réalise qu’il perdrait sans doute sa place auprès d’elle, du fait que le Chevalier appartient aussi à l’élite et pourra faire la lecture à la Marquise (mieux que Monsieur Hortensius d’ailleurs). Par conséquent, il excite la colère de la Marquise contre le Chevalier en lui faisant croire que celui-ci aurait publiquement rejeté l’idée de l’épouser. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Monsieur Hortensius >