La vie devant soi

par

L'amour

L'amour est le sujet principal de ce livre, c'est cet amour qui donne toute sa consistance au récit, toute sa saveur. C'est l'histoire si étrange entre un jeune arabe fils de prostituée et une vieille femme juive, revenue de déportation. Malgré les situations difficiles, ils seront toujours là l'un pour l'autre, prêts à des sacrifices et des mensonges pour se sauver et rester ensemble.

Les mensonges : Pour sauver Momo, Madame Rosa mentira plusieurs fois : elle lui mentira sur son âge, afin de le garder auprès d'elle le plus longtemps possible, car elle l'aime et a peur qu'il parte et la laisse toute seule, malade et sans personne pour s'occuper d'elle. Elle lui exprime alors tous ses sentiments à travers une belle tirade : « J’avais peur que tu me quittes, Momo, alors je t’ai un peu diminué. Tu as toujours été mon petit homme. J’en ai jamais vraiment aimé un autre. Alors, je comptais les années et j’avais peur. Je ne voulais pas que tu deviennes grand trop vite. Excuse-moi. ».

Elle mentira également lorsque le père de Mohammed reviendra le chercher après onze ans d'absence et trois ans sans payer la pension de Madame Rosa. Elle racontera qu'elle a inversé deux des enfants qu'elle a reçus, leur donnant alors la mauvaise éducation religieuse. Cette nouvelle permettra à Momo d'être définitivement serein car la nouvelle provoquera la mort brusque de son père. Cet accident ne me chagrinera d'ailleurs pas beaucoup, et il remercie plutôt Rosa d'avoir menti pour le garder auprès d'elle. Momo mentira également pour la protéger et la garder, au moment le plus critique de la vie de la vieille femme : il prétextera la venue de sa famille d'Israël, arrivée pour l'emmener et s'occuper d'elle là-bas, afin que le docteur Katz les laisse ensemble et arrête de vouloir à tout prix la mettre en hôpital. Peu après cette décision, Rosa mourra dans son « trou juif », heureuse et non pas torturée par la médecine comme elle se l'imaginait.

La dévotion : Tout ces mensonges participent à marquer la dévotion de ces deux êtres l'un envers l'autre, qui font montre de beaucoup de marques d'amour. Par exemple, on sent dans l'importance que Madame Rosa accorde à l'éducation de Momo qu'elle souhaite le meilleur pour son fils adoptif. Ainsi, elle lui fait jurer de ne jamais se prostituer, même quand elle sera partie, et même s'il venait à se retrouver dans de sales draps. Il est important pour Rosa que Momo garde certaines valeurs et qu'il ne connaisse pas la vie qu'elle a vécue.

Mohammed quant à lui, la défendra corps et âme, allant jusqu'à rester enfermer plusieurs jours avec son cadavre à la cave pour ne pas la laisser seule. L'une des scènes les plus émouvantes du livre se passe d'ailleurs ici : pour garder sa chère Rosa encore belle et propre, il va aller acheter ou voler des parfums (ses préférés), du maquillage, et la pomponner comme elle aimait qu'on le lui fasse. Malgré la mort, l'amour de Momo est intact et son attention pour elle, n'a pas changé. Cette preuve d'amour est immense et on ne peut montrer d'image plus forte.

Le thème du livre est donc très orienté vers l'amour, l'amour familial car c'est finalement une famille que constitue à eux deux Momo et Rosa.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'amour >