Le château des Carpathes

par

Rodolphe de Gortz

Le baron Rodolphe de Gortzpasse la majeure partie de sa vie dans le village de Werst, où se situe sapropriété, le château des Carpathes autour duquel se focalise l’intrigue duroman. Âgé de cinquante-cinq ans, il est l’ennemi juré du comte Franz de Télek depar l’obsession qu’il nourrit pour la cantatrice napolitaine la Stilla.L’homme, descendant d’une longue lignée, semble entretenir un climat d’intrigueet de doute sur sa propre personne. Son passé effraie et impressionne : ilest le dernier descendant de sa famille, son château est nimbé de mystère et revêtune apparence angoissant (un hêtre séculaire est planté dans son jardin, et latradition veut que chaque branche qui, chaque année, en tombe, rapproche deplus en plus le moment de sa disparition), et, lorsqu’il entreprend un nouveauvoyage en Italie, personne ne sait réellement s’il est vivant ou mort. JulesVerne entretient donc autour de ce personnage une aura intrigante, qui rappelleincontestablement la figure du vampire.

En 1876, Gortz découvre letalent de cantatrice de la Stilla, et tombe fou amoureux de sa voix, la suivantdans chacun de ses concerts. Lorsqu’elle meurt soudainement sur scène, ilaccuse Franz de Télek d’être responsable de son trépas dans une missivelapidaire. Il n’apparaît au public que masqué derrière un grillage, quidissimule ses traits et plonge la Stilla dans l’existence apeurée des personnestraquées : « Ce spectateur auxallures mystérieuses, toujours là, quoique invisible derrière la grille de saloge, avait fini par provoquer chez la Stilla une émotion nerveuse etpersistante, dont elle ne pouvait plus se défendre. Dès son entrée en scène,elle se sentait impressionnée à un tel point que ce trouble, très apparent pourle public, avait altéré peu à peu sa santé. »

Lorsque la supercherie miseen œuvre pour faire demeurer l’apparence de la cantatrice au sein de son manoiréclate au grand jour, il meurt par les propres artifices dont il a truffé lechâteau. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Rodolphe de Gortz >