Le Conte de deux cités

par

La résurrection et la renaissance

Les thématiques de résurrection et de renaissance sont développées par Dickens dans le roman à travers la vie des personnages de l’avocat Carton, du docteur Manette et de Charles Darnay. Dickens affirme avec eux que la transformation, personnelle ou d’une société, est toujours possible.

La résurrection est un thème général dans l’œuvre aussi bien de façon littérale que figurative. Le livre premier intitulé « Résurrection » traite de la redécouverte du docteur Manette après sa pénible et longue incarcération à la Bastille. La longue incarcération et l’exclusion de la société aussi prolongée du personnage fait qu’on le tient pour mort. La Bastille, qui peut être assimilée aux royaumes souterrains où les âmes sont parquées, est une forme de retrait à la vie, donc de mort. Lorsqu’il est libéré, les sévices subis le laissent presque dément et il faudra tous les soins quasi maternels de sa fille Lucie pour le ramener à une vie normale. Sa libération est donc une seconde naissance, et le maternage que lui prodigue sa fille est une nouvelle enfance, faisant de lui un nouvel individu.

« – Combien y a-t-il que vous êtes enterré ?

– Bientôt dix-huit ans ! répondit le spectre, qui cent fois lui avait dit la même chose.

– N’aviez-vous pas renoncé à l’espérance de revoir le jour ?

– Depuis longtemps.

– Vous savez que vous êtes rappelé à la vie ?

– On m’en a prévenu.

– Êtes-vous content de revivre ?

– Je ne sais pas ».

Dans le cas de Charles Darnay, sa résurrection survient lors de son procès. Il semble évident que l’issue du procès le verra condamné à mort sans espoir de salvation. Mais sa ressemblance frappante avec Carton le sort littéralement des griffes d’une mort certaine.

Quant à Sydney Carton, tout au long du récit, il mène une existence apathique et rien ne laisse prévoir son acte héroïque final. À travers son sacrifice, il sublime toute son existence et, par sa mort qui permet de donner la vie et l’amour au couple formé par Lucie et Charles, il atteint un niveau d’existence qui n’est pas sans rappeler celle du Christ. En effet, donnant en sacrifice son existence corporelle par amour pour autrui, il accède à une autre forme de vie, il devient présent à tout jamais dans le cœur de ceux qu’il a sauvés :

«  Je suis la résurrection et la vie, dit le Seigneur ; celui qui croit en moi vivra, bien qu’il soit mort ; et quiconque vit en moi, est assuré de vivre à jamais. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La résurrection et la renaissance >