Le Faucon Déniché

par

Le fauconnier

Le fauconnier a la charge de dresser les faucons de chasse du seigneur Guilhem. C'est lui qui surveille et prend Martin la main dans le sac : « Rien n'échappe à ma vigilance » dit-il au jeune garçon. Il ne connaît qu'une loi, celle ancestrale qui fait que « tous les faucons sont nécessaires aux chasses du seigneur. ». Il s'empare du faucon déniché par Martin, jette le garçon dans un cachot sans en aviser son maître et dresse l'animal à la chasse. L'affaitage – c'est ainsi que se nomme le dressage d'un faucon de chasse – prend du temps et le fauconnier est patient. Il a la passion de son métier et bientôt il transforme un oiseau ami en tueur.

À la fin du roman, il est indigné lorsque Martin tente de reprendre son oiseau : « ce rustre ose disputer un oiseau à son seigneur ». Mais lui-même a osé emprisonner l'enfant sans en référer à sire Guilhem. Ce dernier le punit en le rabaissant : « Donnez-lui votre gant. Ses mains ne sont déjà que trop blessées » lui ordonne-t-il. Humilié, il jette le gant de fauconnerie aux pieds de Martin et s'éloigne au grand galop.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le fauconnier >

Dissertation à propos de Le Faucon Déniché