Le Faucon Déniché

par

Résumé

L’histoire se déroule au Moyen Âge en France, dans le pays d’Oc. Martin, fils de Brichot le bûcheron, est un garçon de treize ans qui garde les oies de la famille. Il vit avec son père, sa mère et ses frères sur les terres du seigneur Guilhem Arnal de Soupex. Il aime à courir par monts et par vaux. Un jour, il décide de dénicher un jeune faucon, afin de le dresser et de s’en faire un ami. Ce beau projet présente un risque : seuls les nobles ont le droit de posséder et de dresser un faucon, oiseau de proie utilisé pour la chasse. Il s’agit donc d’un plaisir réservé à la noblesse et interdit aux serfs. Martin brave l’interdit et déniche un jeune faucon hobereau qu’il garde dans un endroit connu de lui seul et qu’il dresse petit à petit. Se tissent entre l’animal et le jeune garçon des liens d’amitié. Chaque jour Martin libère l’oiseau qui va se nourrir et revient se poser sur le bras de son ami.

         Hélas, un homme surveille Martin : le fauconnier du seigneur Guilhem. Lui seul est autorisé à dénicher et dresser des oiseaux de proie. Un jour, il surprend Martin avec l’oiseau, s’empare de l’animal et emmène Martin au château où il le fait enfermer dans un cachot. La fenêtre de celui-ci donne sur un espace du château où le fauconnier, jour après jour, s’adonne à l’affaitage, c’est-à-dire au dressage du faucon à la chasse. Martin voit son ami qui ne chassait que pour se nourrir être transformé en un animal dressé pour tuer sans autre nécessité que le plaisir du seigneur. Seul, isolé de tous, nourri de pain et d’eau, Martin est désespéré.

Un jour, de la fenêtre de sa geôle, il voit venir une troupe en armes : le château est attaqué ! Or, la garde ne réagit pas. N’écoutant que son courage, Martin saute de la fenêtre sur le chemin de ronde, au risque de se rompre les os. Puis il court vers la chapelle du château et, à l’aide de la cloche, sonne l’alarme. Alertés, les paysans se ruent à l’abri des murailles, le jeune seigneur Guilhem rassemble ses hommes et défend son bien. L’attaque est repoussée et Martin profite de la confusion pour s’échapper. Il trouve refuge dans une abbaye où il sera en sûreté, en vertu du droit d’asile en usage à l’époque. Il tient compagnie au frère Vincent qui en retour prend soin de lui. Et il caresse un rêve : récupérer son faucon hobereau ; peut-être son ami ne l’a-t-il pas oublié ?

Peu de temps après, le seigneur Guilhem organise une chasse où il convie un grand nombre d’invités parmi lesquels la dame de ses pensées, Dame Gayette. C’est pour lui l’occasion de faire chasser son nouveau faucon. Très bien dressé par le fauconnier, l’animal se révèle un redoutable chasseur qui n’obéit qu’au sifflet de son nouveau maître. Martin se place sur le parcours de la chasse et dès que l’occasion s’en présente bondit sur le faucon. Mais la chasse survient et l’enfant est en grand danger d’être sévèrement châtié : c’est un crime que de s’emparer du faucon de son seigneur.

Guilhem découvre cependant que Martin est le jeune garçon qui en sonnant l’alarme a sauvé son château. Il lui pardonne son geste qui a interrompu la chasse et lui offre de choisir ce qu’il désire : il le lui donnera en récompense. Martin choisit bien sûr le faucon. Sire Guilhem tient parole, et le garçon repart avec l’oiseau. Apprenant que Martin a en outre été emprisonné par son fauconnier de son propre chef, il force celui-ci à donner son gant de fauconnier à Martin.

Mais Martin s’aperçoit que son faucon n’est plus le docile animal avec lequel il avait tissé des liens d’amitié : c’est désormais un tueur qui n’a plus le goût d’aimer. Que faire ? Martin, sur le point d’empoisonner son ami, renonce, et décide de lui rendre la liberté. Mais quand le faucon prend son envol, il est abattu par un braconnier qui, d’une pierre lancée, tue le splendide hobereau. Il ne reste à Martin, effondré, en larmes, que le grelot d’or qu’il avait détaché de la patte du rapace.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >