Le Garçon en pyjama rayé

par

Le regard de l’enfance sur l'horreur

En se mettant dans la peau de Bruno, l’auteur et le lecteur contemplentles horreurs de la guerre et des camps de concentration à travers ses yeux. Brunone comprend pas ce qui se passe réellement. Pour lui, les hommes habillés enpyjama rayés sont tout simplement membres d’une seule grande famille, ilshabitent au même endroit mais ont moins de liberté que Bruno et sa famille. Lepetit garçon perçoit tout de même une atmosphère hostile et préfère garder lesecret sur son amitié avec Shmuel car il comprend, même s’ils ont de nombreuxpoints communs et qu’ils se ressemblent à différents niveaux, qu’il existe toutde même une différence entre eux.

La réalité n’est donc pas mise en exergue, elle est cachéepour mieux être révélée au lecteur. La naïveté du petit garçon et son innocencecontrastent ainsi avec l’horreur de ce qui se passait derrière les barbelés. Malgréson innocence, Bruno va tout de même commencer à comprendre que son père apeut-être quelque chose à voir avec ces choses étranges qui se passent là-bas,qu’il n’est pas un être plein de bonté et d’altruisme, car il terrorise Shmuel.Bien qu’il n’ait aucune idée de ce que sont les Juifs, l’idéologie nazie, lescamps d’extermination, son jeune âge lui permet tout de même de constatercertaines choses. En effet, le regard d’enfant de Bruno va se révéler trèstouchant car il arrive à percevoir les injustices commises par les nazis sousl’ordre du « Fourreur », ainsi que leur manière étriquée de penser.Jusqu’à la fin, il ne sera pas conscient de ce qui se passe réellement lorsquel’on rentre dans ces camps, et de ce qui fait suite à toute cette haine, cesentiment de supériorité, cette cruauté envers l’autre, et qui culmine dans lamort et le désespoir à Auschwitz. Undécalage apparaît donc entre ce que l’enfant voit et ce que le lecteur éclairésait. Et l’horreur transparaît davantage en étant ainsi suggérée plutôtqu’imposée aux yeux du lecteur.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le regard de l’enfance sur l'horreur >