Le grand troupeau

par

Résumé

En août 1914, la mobilisation générale appelle les hommes sous les drapeaux, jusque dans les plus petits villages et sur les plateaux où paissent les grands troupeaux de moutons. Un jour, à Valensole, non loin de Manosque, une rumeur sourde appelle les habitants sur le pas de leur porte, et les fait descendre vers la route où passe un immense troupeau, mené par un fort bélier au ventre sanglant, et guidé par trois bergers seulement. Pendant des heures le flot des bêtes coule sous le regard des gens du village, rassemblées par les trois derniers pâtres, car tous les autres sont partis à la guerre, ont rejoint cet autre grand troupeau, mais fait d’hommes que l'on mène à la boucherie. Ce soir-là, alors que bêtes et hommes, exténués, font halte pour la nuit, le berger Thomas confie son beau bélier blessé au papé, le grand-père d'Olivier Chabrand. Qu'il le garde, le temps que l'animal soit remis de ses blessures, et que les hommes soient revenus de leur folie. Il reviendra le chercher, un jour.

Le narrateur porte alternativement son regard sur le village, ceux qui sont restés à l’arrière – les moins valides, les vieux, les femmes et les enfants –, et ceux qui sont partis. Ce sont deux mondes, deux sphères qui vivent deux réalités différentes mais partagent un même chagrin. Joseph a quitté la maison et a laissé derrière lui sa femme, Julia, sa sœur Madeleine et son père. Ce qu'il vit est indicible, c'est une suite de drames sanglants qui le bouleversent au plus profond de son être. Ainsi, tout un jour et toute une nuit, il veille deux camarades blessés, attendant une...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le grand troupeau