Le grand troupeau

par

La guerre au front

L'auteur utilise ici la narration instantanée, en deux endroits différents, afin de faire de nombreux allers retours entre le front et l'arrière, entre le nord de la France où il y a la guerre, et la Provence, notamment la ville de Manosque. Cette narration instantanée permet de réaliser un parallèle entre les deux situations, avec l'illusion du '' temps réel '', deux endroits différents évoqués exactement au même moment.

Jean Giono a donc raconté la guerre comme il l'a vécue étant jeune, période de sa vie qui l'a profondément traumatisé, et dont les écrits pacifistes dans les années 1930 (il milita toute sa vie contre la guerre) lui valurent d'être emprisonné dès 1939 par la France. Cette guerre est ainsi narrée en double, et l'œuvre est ainsi une fiction bien qu'elle fût largement inspirée de l'expérience de l'auteur de cette époque qu'il a vécue au front ( il fut mobilisé en 1914 à l'âge de 19 ans ). Il a ainsi pu constater les dégâts provoqués par la guerre sur les populations de tout le pays. Au front, l'auteur choisit deux jeunes hommes qui seront les deux personnages principaux envoyés à la guerre, Olivier et Joseph, deux amis qui viennent du sud, plus précisément de Manosque. Comme la plupart des hommes du village et des villages alentours, de la région, ils furent contraints d'aller à la guerre, réquisitionnés comme des animaux, par une lourde nuit d'été : '' La nuit d'avant, on avait vu le grand départ de tous les hommes. C'était une épaisse nuit d'août qui sentait le blé et la sueur de cheval. Les attelages étaient là dans la cour de la...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La guerre au front >

Dissertation à propos de Le grand troupeau