Le grand troupeau

par

La guerre vue de la Provence

Au-delà de la guerre vécue et vue du front, Jean Giono va s'inspirer de sa propre expérience de la guerre, en Provence, et va s'intéresser, ce qui est relativement rare dans ce type de littérature et dans les œuvres à caractère historique, à la situation de ceux qui sont restés au pays, c'est à dire là où les populations qui ne combattent pas doivent rester de longues années sans les leurs et dans des conditions difficiles. Ceux qui restent là-bas étant bien souvent des femmes désœuvrées qui sont dans l’attente des leurs. Ces dernières ont souvent dû travailler très dur, que ce soit à la terre en milieu rural, ou à l'usine d'armement dans les milieux citadins pour remplacer les hommes qui y travaillaient d'habitude et qui sont partis au combat. Il n'y a donc pas que sur les champs de bataille et au front que la guerre a sévi. Il s'intéresse à la situation en Provence, au travers de deux jeunes femmes, Julia et Madeleine, qui vont devoir vivre, s'occuper des affaires courantes, ayant à chaque instant la crainte de ne jamais revoir ceux qu'elles aiment. Chaque jour apportera ses bonnes ou mauvaises nouvelles, son lot de peurs, de manque et d'absence. À chaque nouveau convoi d'hommes en âge pour le front, ce sont de nouvelles larmes qui sont versées. D'ailleurs, elles ont aussi peur d'être attaquées, qu'un jour le village soit envahi et que personne ne puisse les aider : '' Comment se défendraient-ils tous ?'' se demandent les jeunes femmes, en pensant aux enfants, aux vieillards...

L'intrigue principale va donc prendre pour scène la Provence, ce n'est pas un hasard car c'est la région natale de l'auteur, dans la localité de sa ville de naissance, autour de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La guerre vue de la Provence >

Dissertation à propos de Le grand troupeau