Le maître et Marguerite

par

La portée religieuse de l’œuvre

En plus des mentions de personnages bibliques dans Le Maitre et Marguerite, Boulgakov va encore plus loin en utilisant les histoires bibliques exactes qui connectent ces personnages. Il souligne l’aspect théologique de son roman comique en nous faisant revivre les scènes d’arrestation de Jésus au Mont des Oliviers, sa trahison par Juda et sa livraison à Ponce Pilate. Même les scènes et environnements qu’ils créent relatent fidèlement l’histoire religieuse de ces personnages.

La présence d’un « démon » même est également une indication illustre de la portée religieuse de cette œuvre. Non seulement le démon semble être au centre de tous les maux qui minent cette société, mais il essaie également de justifier son existence : « A quoi servirait ton bien, si le mal n'existait pas, et à quoi ressemblerait la terre, si on en effaçait les ombres?». Cela réitère donc la domination du monde par deux forces suprêmes : le Bien et le Mal.

Pour souligner la portée religieuse de son œuvre, Boulgakov inclut également d’autres dates clés de la tradition chrétienne telles que le Vendredi Saint et le Jour de Pâques. Par ces méthodes, Boulgakov crée un environnement propice au contraste qu’il s’apprête à faire de la morale chrétienne et des croyances religieuses populaires. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire La portée religieuse de l’œuvre >

Dissertation à propos de Le maître et Marguerite