Le paysan parvenu

par

Personnages principaux

Jacob (personnage principal) : fils de fermier, un frère et une sœur. Il est envoyé à 18 ans à Paris pour vendre le vin de son seigneur. Par la suite, il devient Monsieur de la Vallée lorsque Mademoiselle Haberd la cadette décide de partir de chez elle. Ainsi, il passe pour le cousin de cette dernière avant de l’épouser.

Melle Haberd (la cadette) : dévote et âgée d’environ cinquante ans. Elle se lie d’abord d’amitié avec Jacob puis fini par l’épouser. C’est une femme fidèle à son mari.

Melle Haberd (l’ainée) : sœur de Melle Haberd la cadette, dévote elle aussi. Cependant, une entrevue avec son directeur de conscience l’amène à désapprouver la venue de Jacob qui est alors perçu comme un profiteur. Cette querelle l’opposant à sa sœur qui ne partage pas son avis est à l’origine de son départ de la maison commune.

Monsieur Doucin : directeur de conscience des sœurs Haberd qui voit d’un mauvais œil la présence de Jacob dans la vie de ses protégées. Il arrive à persuader l’ainée du bien-fondé de son point de vue. Il est aussi le prêtre que Madame d’Alain convoque lors du mariage secret de Melle Haberd la cadette avec Jacob.

Madame d’Alain : logeuse de Melle Haberd la cadette et de Jacob. Veuve d’un procureur qui avait laissé de quoi vivre à sa femme et sa fille. Environ du même âge que Melle Haberd la cadette. Elle se dit discrète mais ne l’est qu’en apparence. On la qualifie de commère, mais de commère dite de « bon esprit ».

Madame de Ferval : femme de cinquante ans, dévote (en apparence seulement puisqu’elle fait la cour à différents hommes, dont Jacob) mais qui sait user de ses attributs physiques (elle joue plusieurs fois sur son habillement afin de montrer ses jambes, ses pieds, sa gorge…). Elle est charmée par Jacob et lui propose de se retrouver chez une certaine Madame Rémy afin de pouvoir batifoler tranquillement, à l’abri des regards.

Madame de Fécour : dame de quarante ans encore pétillante et caractérisée par un léger embonpoint. Bonne convive. Elle est également charmée par Jacob, cependant ce dernier n’aura que très peu de contact avec elle. La seconde fois qu’ils se voient, elle est chez elle, malade et sur le point de mourir. Elle envoie une lettre de recommandation à son frère, Monsieur de Fécour, afin qu’il trouve un travail à Jacob.

Monsieur de Fécour : il s’agit un financier qui paraît avoir entre cinquante-cinq et soixante ans, fier de lui, comme le prouve la citation suivante : « un assez grand homme de peu d’embonpoint, très brun de visage, d’un sérieux non pas à glacer, car ce sérieux-là est naturel, et vient du caractère de l’esprit. Mais le sien glaçait moins qu’il n’humiliait : c’était un air fier et hautain qui vient de ce qu’on songe à son importance, et qu’on veut la faire respecter ». Il donne l’occasion à Jacob de se montrer altruiste lorsque celui-ci refuse de travailler si monsieur d’Orville ne peut garder son poste. Ainsi, madame d’Orville le considère avec respect et lui est grandement reconnaissante.

Madame d’Orville : jeune femme distinguée et tendre, sans réelle beauté mais dotée d’un charme certain. Son mari est souvent malade. Elle se rend chez monsieur de Fécour afin de le supplier de ne pas le licencier.

Monsieur Bono : homme touché par la générosité de Jacob lors de l’entrevue avec monsieur de Fécour. C’est également un financier. Physiquement, c’est un petit homme avec un bon embonpoint.

Le comte d’Orsan : à l’origine de la fortune de Jacob, il est l’un des neveux du premier ministre. Jacob l’aide à s’extirper d’une querelle. En retour, celui-ci lui offre son aide.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Personnages principaux >