Le petit prince

par

Un regard innocent pour révéler l'étroitesse d'esprit

Derrière son apparence de livre pour enfants, Le Petit Prince a une portéephilosophique et contestataire que l’auteur s’applique à mettre en avant autravers de son récit. Quand la lecture ce cette œuvre se fait plus attentive etcritique, le lecteur ne peut que constater les reproches que formule Antoine deSaint-Exupéry à l’encontre de ce que l’on pourrait nommer « l’étroitessed’esprit ». Pour l’auteur, cette étroitesse se manifeste particulièrementdans les comportements « adultes » et l’incapacité que ceux-cimontrent à voir au-delà des apparences. Il illustre rapidement cette idée àtravers le dessin d’un boa digérant un éléphant, face auquel les « grandespersonnes » sont démunis : « Lesgrandes personnes m’ont conseillé de laisser de côté les dessins de serpentsboas ouverts ou fermés, et de m’intéresser plutôt à la géographie, àl’histoire, au calcul et à la grammaire. ». Aux yeux de l’auteur, l’homme adulte perd certaines de sesfacultés d’enfant et se conforme à la représentation qu’il a de l’adulte,empreintes de responsabilité et de sérieux. Face à cette attitude, A. deSaint-Exupéry affiche un mépris à peine voilé : « Je me mettais àsa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Etla grande personne était bien contente de connaître un homme aussiraisonnable. » Le Petit Prince se sent donc obligé de se rabaisser, dese mettre à la portée des adultes, pour être compris et intégré. La présencedes tournures « se mettre à la portée de » et « biencontent » sont de bons indicateurs de l’ironie que trouve l’auteur à cettesituation. D’autres situations sont ainsi présentées et critiquées, comme lesquestions de bienséance : « Quand vous leur parlez d’un nouvelami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disentjamais : “Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ?Est-ce qu’il collectionne les papillons ?” Elles vous demandent : “Quelâge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ?” Combien pèse-t-il ? Combien gagneson père ? » ouencore le rapport à l’argent : « Il faut leur dire :”J’ai vu une maison de cent mille francs.” Alors elles s’écrient:”Comme c’est joli !” ».

La critique de l’étroitessed’esprit coutumière chez l’adulte se retrouve également, pour A. deSaint-Exupéry dans l’incapacité à observer et apprécier le monde autrement quepar l’apprentissage théorique. L’homme d’aujourd’hui croit savoir parce qu’ilétudie, parce qu’il fait des recherches, mais il en oublie d’aller observer leschoses de lui-même. Il se sert alors du personnage du Petit Prince, pourillustrer sa pensée, lequel parle ainsi d’un « Monsieur cramoisi » :« Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Iln’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Ettoute la journée il répète comme toi : “Je suis un homme sérieux ! Jesuis un homme sérieux !” et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’estpas un homme, c’est un champignon ! ». Prolongeant l’adage selonlequel « la vérité sort de la bouche des enfants », Saint-Exupéryutilise son jeune personnage comme un révélateur innocent et sincère desmanquements de notre société.

L’auteur par son récit tente donc d’atteindre petits et grands ; iloffre, à travers des propos travaillés, un autre regard sur notre attitude etle monde qui nous entoure. Par une prose humoristique et philosophique, A. deSaint-Exupéry place son lecteur face à une réalité nouvelle, et illustre lapart d’étroitesse d’esprit de chacun pour faciliter sa remise en question.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un regard innocent pour révéler l'étroitesse d'esprit >