Le Temps retrouvé

par

Résumé

Étant le dernier tome du roman de l’écrivain français Marcel Proust, « À la recherche du temps perdu » qui en comporte sept au total, « Le Temps retrouvé » est paru à titre posthume en 1927 comme c’est le cas également de « La Prisonnière » (1923) et « Albertine disparue » (1925).

Il s’agit d’une œuvre dans laquelle les réflexions du narrateur prennent une place importante, réflexions faites à propos de la guerre, sur les mœurs de l’époque comme l’infidélité ou encore l’homosexualité en ce qui concerne l’amour, mais aussi des réflexions sur la littérature.

Ancrée temporellement dans la Première Guerre mondiale, cette œuvre de Marcel Proust s’ouvre sur son séjour à Tansonville où vit Gilberte de Saint-Loup, Gilberte Swann de son nom de jeune fille, pour qui il avait éprouvé des sentiments amoureux auparavant.

Son hôtesse ne manquait pas de se plaindre auprès de lui de la conduite de son mari, et ami de celui-ci, Robert de Saint-Loup. Son ami avait bien changé, il l’avait constaté. D’ailleurs, Robert lui avait demandé de rester chez eux pour égayer Gilberte.

Et que dire du fait qu’il lui demandait de la persuader de son amour même s’il aimait une autre femme qu’elle ? Il disait en effet qu’il allait bientôt rompre car il l’aimait moins que sa femme. Et pourtant, Gilberte était loin de se douter qu’au lieu de femme, Robert la trompait avec son propre genre, s’étant mis avec Morel.

Il en était de même avec monsieur de Charlus, aux aspirations sadomasochistes, dont Jupien fut l’amant mais aussi le protégé, et le narrateur en vint à demander à Gilberte si sa défunte Albertine, pour...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le Temps retrouvé