Le Temps retrouvé

par

Le temps et l'écriture : Immortaliser le vécu

Le narrateur veut également se lancer dans la rédaction d'un roman, afin d'immortaliser tout ce qu'il voit. Cependant, il passe une bonne partie du roman incapable d'écrire quoi que ce soit, il n'a aucune inspiration. Lisant un article du Journal des Goncourt : ''Je résolus de laisser provisoirement de côté les objections qu'avaient pu faire naître en moi contre la littérature ces pages des Goncourt '', il se sent vide de toute inspiration. Puis un jour, il prend conscience, lors d'une matinée mondaine chez Mme de Guernantes de l'effet du temps sur lui et sur les convives, faisant tous partie de la haute société : ils vieillissent et il vieillit '' transformation '' , '' invraisemblable '' mais encore '' dévastations '', '' vieux maréchal ventripotent '' ou '' reconstructions '' comparant la jeunesse à la flèche, la vieillesse à un dôme, il se doit de transcender un peu le temps par l'écriture, à la manière de l'auteur qui ainsi met en abyme son rôle d'écrivain. Ce sera l'art et l'écriture qui lui permettront de vivre une vraie vie, d'échapper à toutes les futilités mondaines et de s'extraire de sa condition pour ressusciter sa mémoire.

Le narrateur estime par ailleurs que chacun possède une part d'art, une œuvre en soi et qu'il est bon de laisser s'exprimer cette part intérieure et de communiquer avec sa conscience : « La grandeur de l'art véritable, au contraire de celui que M. de Norpois eût appelé un jeu de dilettante, c'était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le temps et l'écriture : Immortaliser le vécu >

Dissertation à propos de Le Temps retrouvé