Le Temps retrouvé

par

Le narrateur

Le narrateur : ce personnage aura perduré tout le long de cette vertigineuse suite romanesque, comme celui dont on suit l'esprit, les visions. Le lecteur voit Paris, la province, tous les personnages, toutes les aventures, tout le temps qui passe au travers de ses yeux, de sa réflexion et « Le temps retrouvé », qui constitue le dernier tome, la dernière partie de la suite romanesque constitue de la même manière comme une fin d'analyse psychologique de ce personnage complexe.

On peut se demander si tout ce temps passé, cet ellipse lui auront permis de faire son deuil de l'amour d'Albertine, entreprise entamée dès la fin de « La fugitive », lorsqu'elle décède et qu'il se détache peu à peu de celle qu'il a tant aimée.

Il passe beaucoup de temps loin de Paris car il doit être soigné dans une maison de santé loin de la capitale. Il sera surpris par la ville lors de son retour, ne reconnaissant pas tout. Il se met à écrire à la fin du roman, se lançant dans une œuvre pour immortaliser ce qu'il a connu. Cela lui prendra longtemps, car durant la majeure partie du roman, il déprime de ne pas se sentir artiste ni poète, de ne jamais pouvoir réaliser son rêve de toujours d'écrire un roman, d'avoir du talent, quelque chose à écrire.

Selon lui, seule Françoise le comprend et voit avec bienveillance cette nouvelle passion, le laissant travailler comme il faut, sans le juger. Il vieillit et croit ne jamais pouvoir le réussir. Ce sont d'ailleurs ses derniers jours.

Il trouve que les soirées mondaines ressemblent à des bals costumés tant tout le monde n'a plus la même apparence qu'avant, alors que ce n'est que le temps qui a fait son office.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le narrateur >

Dissertation à propos de Le Temps retrouvé