Le Temps retrouvé

par

Charlus

Charlus : Charlus dans ce roman a toujours ses penchants sexuels homosexuels, ce qui continue de passer relativement mal auprès de la société dans laquelle il évolue. Cela est désormais connu de tous, ce qui ne l'aide pas. De plus, il est germanophile, ne souhaitant par la défaite allemande, ce qui lui attire les foudres de son entourage.

Étant donné qu'il n'y a plus beaucoup d'hommes en ville du fait de l'appel au front, il commence à fréquenter des jeunes hommes, adolescents et devient peu à peu pédophile.

Le narrateur continue de lui porter un certain respect et de la considération, estimant que Charlus est '' Un homme ayant des idées élevées, d’une sensibilité extraordinaire, une manière de saint ''

Il l'analyse ainsi, Charlus a un certain raffinement intellectuel, il est un être sensible, éprouvant rapidement de la pitié, il est charitable et prône la justice en toutes circonstances. Le narrateur trouve quasi logique qu'il soit germanophile, justifiant cela comme si c'était logique, « il la devait, et par une réaction très bizarre, à son « charlisme ». ». Verdurin dit même qu'il est un espion prussien.

Il continue à se livrer à des tendances sado-masochistes dans un hôtel tenu par Jupien, son ancien compagnon de Sodome et Gomorrhe. Cet hôtel appartient à Charlus, géré par Jupien et le narrateur trouve Charlus en drôle de position (attaché à un lit, en train de se faire fouetter par un homme qui l’insulte).

Inscrivez-vous pour continuer à lire Charlus >

Dissertation à propos de Le Temps retrouvé