Le Terrier

par

Le terrier : un cadre particulier

Le narrateur est un personnage mi-homme, mi-animal, qui vitdans un terrier : le cadre spatial est posé, et peut surprendre.Seulement, ce terrier n’est pas un simple trou dans la terre mais s’apparenteplus à une suite de galeries immenses, ce que le narrateur qualifie lui-même dechâteau : « Mais le terrier n’est justement pas un simple troupermettant de se sauver. Lorsque je me tiens sur la place forte, entouré parmes réserves de viande empilée, la face tournée vers les dix galeries quipartent d’ici, chacune allant en contrebas ou en surplomb de la place, chacuneallongée ou recourbée, et toutes habitées par le même silence, le même vide,prêtes, chacune à sa manière, à m’acheminer vers les nombreuses autres places,celles-ci également silencieuses et vides –, alors je ne pense plus à lasécurité, alors je sais pertinemment que c’est ici, mon château ». Leterme place forte renforce l’idée du château, tout comme le fait qu’il y stockedes tas de provisions et que ce terrier semble très sécurisé : cela faitpenser à un château fort imprenable. De plus, on retrouve le terme forteresse(« toute la défense dans la forteresse »), qui ajoute à cette idée dechâteau fort. Nous sommes ainsi en présence d’un personnage dont la formephysique est inconnue, vivant dans un terrier organisé comme un réseausouterrain.

Ce terrier est enfin terminé, c’est ce qu’annonce lenarrateur dès le début de la nouvelle : « j’ai aménagé mon terrier,et le résultat semble être une réussite ». Il décrit son terrier, ainsique les moyens qu’il a mis en place pour le sécuriser : « del’extérieur on voit seulement un grand trou, mais en réalité il ne mène nullepart, il suffit de faire quelques pas et on se heurte à de la roche biendure ». Il a installé des leurres pour tromper quiconque tenterait d’yentrer comme d’y avancer une fois entré : « Attention hein !J’ai multiplié les culs-de-sac et les fausses pistes. Si vous vous aventurezpar ici, vous perdrez assurément. Alors, pas la peine de mepoursuivre » : ce terrier est donc un véritable labyrinthe pourquiconque ne serait pas accompagné par le narrateur.

Ce terrier est bien particulier : il représente à lafois un abri pour le narrateur, et un piège. Il est le fruit de toute une viede travail du narrateur, et il est décrit très précisément afin de lui donnerune dimension propre de château. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le terrier : un cadre particulier >