Le voyage d'Anna Blume

par

Anna Blume

Il s’agit du personnage central du roman puisque son nom est mentionné dans le titre de l’œuvre ; Anna Blume est présente du début à la fin du récit. Dès les premières lignes, elle apparaît comme une jeune femme de dix neuf ans déterminée à se lancer à la recherche de son frère William, un journaliste mystérieusement disparu alors qu’il faisait un reportage sur le « pays des dernières choses ». Anna va vite se retrouver confrontée à un monde qui inspire le dégoût, l’angoisse et le désespoir. Le lecteur ne peut que suivre intensément les émotions d’Anna Blume qui nous dévoilent ses faiblesses, ses coups durs et les instants de bonheur éphémères qui viennent jalonner son existence.

« C'était une chose étrange, de voir ainsi l'océan, et je ne peux pas te dire l'effet que cela a eu sur moi. Pour la première fois depuis mon arrivée, j'avais la preuve que la ville n'était pas partout, qu'il existait quelque chose au-delà, qu'il y avait d'autres mondes en plus de celui-ci. C'était comme une révélation, comme une bouffée d'oxygène dans mes poumons, et rien que d'y penser m'a presque donné le vertige ».

Brave et téméraire, Anna doit constamment lutter contre la souffrance physique mais aussi la torture morale, dans une vie où le confort n’existe pas. Rien ne paraît pouvoir édulcorer à sa vision apocalyptique des choses, qui est si profonde et si écœurante, que toute illusion d’utopie est à bannir. Désarmé, le lecteur ne peut que subir et compatir devant ce long témoignage développé à travers le regard d’Anna Blume.

« Il serait agréable, je suppose, de s'endurcir au point de ne plus être affecté par rien. Mais alors on serait seul, tellement coupé de tous les autres que la vie deviendrait impossible ».

Deux personnalités ressortent du personnage d’Anna Blume : celle qui se dégage dans la première moitié du roman et une autre Anna Blume qui fait son apparition à partir de la seconde moitié du récit. Au début du roman, Anna est apathique, elle constate sans réagir, elle est comme frappée, stupéfaite par la désolation qui l’entoure soudainement, incapable de trouver les mots pour dépeindre le nouveau monde chaotique dans lequel elle s’est embarquée. Au fil du récit, Anna se remet progressivement à mesure qu’elle avance dans son voyage, elle digère la crudité de la réalité et l’espoir renaît en elle, notamment lorsqu’elle rencontre d’autres personnages qui vont l’aider à survivre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Anna Blume >