Le zèbre

par

Première partie

Gaspard Sauvage s'était toujours juré qu'il n'aimerait qu'une seule femme, celle qu'il avait choisie et épousée, et que leur passion perdurerait toujours. Après quinze ans de mariage, il constata qu'ils tombaient peu à peu dans une relation de vieux époux, où la passion et la fougue s'étaient éteintes et avaient été remplacées par une calme tendresse. « Leur couple n'était pas encore sinistré, mais l'habitude avait engourdi leurs corps. Ils ne faisaient plus l'amour qu'avec parcimonie. » Ils avaient deux enfants, Natacha et Paul, dit la Tulipe, qui avaient respectivement sept et treize ans. Camille travaillait comme professeur au lycée de Laval, et passait une bonne partie de son temps libre à s'occuper de ses deux rejetons. Gaspard était notaire, mais il était surtout connu pour son caractère très prononcé. Il « collectionnait les opinions particulières. Ce trait de caractère était à l'origine de son surnom, suggéré par Camille et ratifié par ses amis. Tel son homonyme à pelage rayé, il se montrait indomptable. Ni les coups de règle à l'école, ni ses années d'études juridiques, ni le dressage du service militaire n'étaient parvenus à fléchir son naturel extravagant ». Ils vivaient tous quatre une vie tranquille, égayée par la fantaisie du Zèbre, dans une grande maison en campagne mayennaise.

Mais depuis quelques mois, les sentiments de Gaspard pour sa femme s'étaient intensifiés, et il souffrait de voir leur couple tomber dans la monotonie. En effet, six mois auparavant, Camille avait eu un accident de voiture, et Gaspard avait eu très peur de la perdre. Cet événement...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Première partie >

Dissertation à propos de Le zèbre