L’Enchanteur pourrissant

par

Un clivage entre homme et femme

Dans cette œuvre, Merlin et Vivianesont avant tout la représentation de l’être masculin et de l’être féminin, du coupleque tout paraît rassembler mais que tout pourtant va diviser. Une force sembled’ailleurs associer mais aussi éloigner ces deux êtres de manière déchirante,et ils se retrouvent alors à lutter entre attraction et division.

Ces deux personnagesappartiennent au même folklore et sont issus du même milieu : l’un est unenchanteur, l’autre une fée, tous deux ne ressentent pas le poids des ans etpartagent une même connaissance et une même sagesse, ils maîtrisent la magie etla pratiquent tous les deux, même s’ils n’en font pas le même usage. Les deuxpersonnages vouent tous deux un culte aux anciens dieux païens, et nereconnaissent pas le Dieu unique, Dieu qui s’impose de plus en plus et verslequel se tournent la plupart des gens. Leur rapport à la nature et aumerveilleux est beaucoup plus prononcé que les fervents croyants au Christ.Ainsi, de par leur « religion », leur vie est étroitement liée aux pouvoirsdont regorge la nature qui frôlent presque le merveilleux.

Leurs ressemblances pourraientleur permettre d’envisager une vie commune, tous deux liés par un amourindéfectible. Cependant, Apollinaire met en lumière l’évidence contraire :leurs ressemblances créent en réalité un effet d’opposition et ils semblentêtre le symbole de ce qui arrive à toute relation homme/femme. En effet, aprèsque tous les êtres mythologiques, entrés en scène à un moment ou à un autre, sontpartis, la fin de l’œuvre nous montre Viviane assise sur le tombeau de Merlin.L’esprit de l’enchanteur demeuré intact, ils communiquent. Il ne reste plusqu’un homme et une femme qui s’interrogent sur le pourquoi de cet acte.Ensemble, ils cherchent à comprendre pourquoi, malgré leur amour, la situationsemblait inévitable. Ils parlent de l’acceptation de Merlin, qui connaissaitl’issue de ce partage.

Au fil de la lecture, il devient manifesteque la présence de tous les êtres mythiques, amis de Merlin, qui se sontprécipités auprès de son tombeau en apprenant sa mort, amenaient en réalitétout doucement la conclusion qui sera tirée par les deux personnages principauxà la fin de l’histoire. Ils mettent en évidence tous les désirs, toutes lesnécessités de l’homme et de la femme, qui s’entrecroisent et se frôlent sansjamais se rejoindre et se confondre. Par exemple, le monstre Chapalu exprimeson besoin de chair et l’instinct qui le pousse à vivre en communauté,insistant ainsi sur la nécessité pour l’homme d’écouter son instinct grégairenaturel : « Je suis solitaire,j’ai faim, j’ai faim ; cherchons à manger, celui qui mange n’estplus seul » dit-il. La bande des guivres, sortes de dragonsmythiques, implorent l’enchanteur de revenir parmi elles et de combler leurbesoin de plaire : « Nousvoudrions le baiser sur noslèvres que nous léchons pour les faire paraître rouges. Enchanteur, enchanteur,nous t’aimons. Ah si l’espoir s’accomplissait. » Tout comme Médée etHélène, représentatives des femmes tentatrices aux pouvoirs immenses, soit parleur beauté, soit par leur magie, les guivres traduisent une nécessité dedevoir plaire et de tenter les hommes afin d’obtenir une reconnaissance de leurpart et de se tailler une place parmi eux.

 

Tous les protagonistes mettent doucement en place une trame amenant à ladiscussion finale entre Viviane et Merlin. Ceux-ci expliquent que la situationest devenue ce qu’elle est à cause de l’amertume, celle d’avoir reconnuqu’homme et femme ne peuvent se compléter, chacun ayant des aspirations différentes,les failles semblant infranchissables entre eux. Selon l’auteur, un clivageindestructible existe entre les deux sexes, rendant impossible toutecompréhension et toute fusion : « Maisj’avais la conscience des éternités différentes de l’homme et de lafemme » avoue Merlin dans la partie finale, en prose, qui récapitule enune longue plainte la pensée de l’enchanteur. Ainsi, Merlin,conscient que son amour pour Viviane n’est qu’illusion, se laisse mourir dansson tombeau, et Viviane, malgré l’amour que lui porte l’enchanteur, le pousseau fond de celui-ci car elle a compris qu’homme et femme ne pourront jamaisvivre heureux ensemble. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un clivage entre homme et femme >