Les Bonnes

par

Résumé

Les Bonnes de Jean Genet est une œuvre qui semble s'inspirer d'un fait divers des années 1940 (l’auteur le nia) : deux bonnes avaient assassiné leurs patronnes dans une maison parisienne. L'auteur, alors en prison, rédigea ce court texte où il peint sévèrement les conflits de classe, mais où il dépasse ce simple rapport social pour exécuter une cérémonie sacrificielle sur la scène d'un théâtre. Pour lui, toute œuvre théâtrale doit expier la noirceur humaine.

La pièce s'ouvre sur une scène de théâtre que jouent les deux bonnes, Solange et Claire. Claire est dans le rôle de la maîtresse, « Madame », et Solange dans celui de Claire. Claire-Madame commence à insulter sa bonne, et révèle l'histoire secrète de leur maîtresse qui aurait accusé à tort son mari. Puis c'est au tour de Solange – dans le rôle de Claire – de cracher sa haine au visage de sa (fausse) maîtresse, elle la menace de mort, elle est sur le point de l'étrangler. Toutes à leur jeu, les deux bonnes sont comme réveillées par la sonnerie du réveille-matin qui les prévient du retour de leur maîtresse, avant que le sacrifice n'ait pu avoir lieu.

Après cette « cérémonie », les deux acolytes rangent la chambre de Madame avant son retour. Elles se querellent à propos de quelques griefs personnels qui se sont glissés dans le jeu de rôle : une allusion perfide au laitier – l'amant de Solange – n'aurait pas eu lieu d'être selon Claire. Par ailleurs, cette dernière jubile de l'affliction de Madame devant l'arrestation de son mari, que Claire a dénoncé dans une lettre anonyme. Les deux bonnes se disputent alors : leurs esprits sont embrouillés de sentiments contradictoires vis-à-vis de leurs maîtres et de leur condition. Solange accuse Claire de jouer les bourgeoises la nuit, enveloppée des grands rideaux de l'appartement, et Claire accuse Solange d'avoir conservé la correspondance entre Monsieur et Madame, qu'elle avait feuilletée pour réunir des preuves et faire accuser son maître.

La relation à leur maîtresse est aussi ambiguë : elles la copient, l'admirent, mais en même temps...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Les Bonnes