Les enfants terribles

par

Dargelos

Dargelos est le chef de la bande au collège, « le coq de la classe », le rebelle, celui qui a la grâce, la beauté de la jeunesse : « les privilèges de la beauté sont immenses », la fougue et l’insolence de ceux qui s’opposent à l’autorité. En quelques sortes, on peut estimer que c’est Dargelos qui précipite la fin de l’enfance de Paul et de Lise et qui lance l’intrigue du roman. Admiré en cachette par Paul, c’est lui qui le blesse gravement en pleine poitrine par une boule de neige piégée contenant une pierre, et oblige Paul et Lise à rester dans leur chambre le temps que Paul ne se rétablisse. « Un coup le frappe en pleine poitrine. Un coup sombre. Un coup de poing de marbre. Un coup de poing de statue. Sa tête se vide. Il devine Dargelos sur une espèce d'estrade, le bras retombé, stupide, dans un éclairage surnaturel. » Ce dernier, trop faible va rester dans cette chambre longtemps.

Bien qu’apparaissant rapidement en début de roman, son rôle est important car par son acte, il entraine toute l’action et le cadre du roman. De plus, Paul l’admire en secret et tombera amoureux d’Agathe, une jeune fille amie de Lise qui lui fit penser à son héros. Dargelos hante la pièce, lorsqu’il disparaît de leurs vies par son expulsion du collège pour avoir jeté du poivre au nez du proviseur, Paul conserve une photo de ce dernier dans la chambre, il y est entré de façon indirecte. C’est lui qui, à l’image de la boule de neige de départ, lance une boule de poison, qui tuera Paul, son fantôme plane donc sur tout le roman, la destinée de Paul, il est comme « l’ange de la mort ». En effet, dans les représentations au théâtre, il est souvent représenté par une ombre.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Dargelos >

Dissertation à propos de Les enfants terribles