Les filles du feu

par

La trahison

A plusieurs reprises dans les nouvelles, le thème de la trahison est abordé comme corollaire indispensable à l’amour qui lie les personnages. Il est abordé en particulier dans la nouvelle sur Jemmy et sur Corrilla

Jemmy peut être subdivisé en trois grandes parties. La première partie traite de son union avec celui qui deviendra son époux Toffel. La deuxième partie relate son enlèvement par des indiens et les longues années de captivité qu’elle passe à vivre auprès de ses ravisseurs. Elle se rendra indispensable à la tribu indienne par son savoir-faire ; et elle reste fidèle à son époux, tout au long de ses cinq années de captivité malgré l’affection qu’éprouve pour elle le chef de la tribu. Elle s’évade enfin après cinq ans et entame un long périple pour regagner ses terres.

Mais lorsqu’elle rentre, elle découvre que l’homme envers lequel elle est restée fidèle, l’a déjà remplacée par une autre, qui est devenue une mère pour son fils. La trahison dont elle se sait la victime est habilement décrite dans le passage suivant :

     « Il faudrait une plume très familiarisée avec les peintures psychologiques pour décrire les symptômes des diverses passions qui se dessinaient d'une manière énergique sur le visage de notre héroïne. Le mépris, la fureur, la vengeance, en étaient encore les plus faibles ; il sortait de ses yeux des étincelles si vives que, pour nous servir d'une phrase à l'usage des Yankees, la chambre commençait à en être embrasée ».

            Jemmy décide alors de s’en retourner chez les « sauvages » auprès desquels elle a vécu toutes ses années. Elle laisse derrière elle son époux, son fils ; toutes choses qui représentent la vie à laquelle elle s’accrochait et se construit parmi les indiens une existence nouvelle.

La trahison est encore à l’honneur dans le récit sur Corilla. Fabio qui éprouve des sentiments pour Corilla qui est prima donna à l’opéra, demande à Mazetto de faire parvenir pour lui des lettres et des gages de son affection à la demoiselle dans l’espoir d’obtenir une entrevue. Il découvre en s’entretenant avec son rival Marcelli, que Corilla qui est censée n’avoir de bontés que pour lui semble disposée à s'entretenir chez avec tous ses prétendants, à  leur donner les mêmes espoirs et leur accorder les mêmes faveurs. Il croit alors être trahi dans son amour par une femme peu vertueuse.

« Oh ! si c’est elle, si je suis trompé… je n’attendrai pas à demain pour me venger de tous les deux ! … Que vais-je faire ? un éclat ridicule… »

Il se rendra compte plus tard que Mazetto lui a fait un mauvais tour en ne remettant pas ses lettres ou ses gages à la prima donna qu’il pouvait aisément approcher en raison de son rôle de garçon de théâtre, et qu’il faisait tenir à une boutiquière le rôle de Corilla lorsqu’elle devait le rencontrer favorisant la cause du rival Marcelli.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La trahison >